Le permis de conduire probatoire

Destiné à sensibiliser notamment les jeunes aux risques de la route, le permis de conduire probatoire s’applique aux nouveaux conducteurs ayant obtenu le permis après le31 décembre 2007.

Pendant une période de trois ans, le nouveau conducteur devra faire ses preuves. D’où cette qualification de permis probatoire. En partant d’un capital initial de six points, deux points seront crédités chaque année pour parvenir à un total de douze points. Cette période probatoire est réduite à deux ans pour les conducteurs ayant appris la conduite avec le dispositif de l’AAC (apprentissage anticipé de la conduite). Trois points sont alors crédités chaque année.

Si, au cours de cette période probatoire, le conducteur commet des infractions au code la route, un nombre de points lui sera alors retiré. Il les récupérera au bout de trois ans, à compter de la date effective du dernier retrait de points.

En outre, si le conducteur vient à perdre du même coup trois points ou plus, il serait alors dans l’obligation de suivre un stage de sensibilisation dans les quatre mois qui suivent.

Ce stage offre la possibilité de récupérer au maximum quatre points. Si le conducteur décide de ne pas suivre ce stage, il encourt alors une amende de 135 €, et peut être suspendu de permis de conduire pour une durée maximale de trois ans.

Enfin, si une nouvelle infraction est commise et entraîne le retrait d’au moins trois points pendant la période probatoire, le conducteur devra suivre un second stage. Si ce dernier a lieu moins de deux ans après le premier, aucun points ne pourra être récupéré.

Il est à noter qu’une infraction impliquant le retrait d’au moins trois points correspond par exemple à un franchissement d’une ligne continue, un dépassement dangereux, le non respect d’un stop ou d’un feu rouge, ou encore une conduite avec une alcoolémie importante.

Dans la catégorie Code de la route | Tags : | >> Permalien <<

Les commentaires sont fermés.