Une voiture qui roule pour vous

A l’aide de radars ou de lasers, les voitures seront bientôt prémunies contre les dangers potentiels sans l’intervention du conducteur.

Les progrès dans la technologie automobile ne sont certes pas tout à fait à l’image des films de sciences fiction, mais ils sont irrémédiablement orientés vers une prévention de l’extérieur telle, que le participation du conducteur va bientôt apparaître comme secondaire ou accessoire.

Le début de la prise de pouvoir de l’ordinateur sur l’humain a débuté avec le premier régulateur de vitesse, capable seul, de maintenir une distance de sécurité respectable. Cette technique permet de faire ralentir l’automobile sans qu’aucune action du conducteur soit entreprise en ce sens, lorsque ce dernier est trop près de la voiture qui précède. La technologie de Mercedes, appelée Distronic, permet également de détecter un obstacle sur la route : une alarme est alors déclenchée et le système applique alors 30% de la force de freinage, vous incitant ensuite à finir la manœuvre. La seule raison pour laquelle la technologie n’applique que 30%, c’est que Mercedes n’a pas osé déresponsabiliser totalement le conducteur pour des questions d’éthique et d’assurance, en cas de défaillance du système.

La concurrence était alors lancée : Lexus a proposé sa Line Keeping Assist qui visualise les bandes blanches sur l’autoroute et braque légèrement à la place du conducteur s’il s’écarte de la file sans mettre ses clignotants. Volvo propose aujourd’hui sa City Safety pour pallier l’inattention en ville. Son laser, situé derrière le pare-brise, évalue 50 fois par seconde le risque de collision. Si un obstacle surgit devant votre voiture, City Safety freine pour vous au maximum, mais il n’est actif qu’en dessous de 30 kilomètres/heure. Dans un monde aussi concurrentiel que le nôtre, chaque jour apporte son lot de nouveautés : détection de l’endormissement au volant, créneau automatique, vision nocturne par infrarouge ou encore, un système qui lit les panneaux de vitesse et affiche la limitation dans la zone que vous traversez.

Ainsi, la technologie grandissante tend à déresponsabiliser totalement le conducteur et à lui enlever toutes actions et tous contrôles sur son véhicule : autant les défis relatifs à l’apesanteur restent encore dans le domaine de la fiction, autant, face au développement de ces machines à l’intelligence artificielle, on pourrait se croire dans le décor d’un film de science fiction des années 2050! Est-ce un mal de prévoir des véhicules totalement autonomes pour des déplacements de tous genres ? C’est peut-être là un progrès inestimable en matière de sécurité. En termes de pilotage, il y aura certainement de la déception pour les inconditionnels de la conduite automobile, car on ne pourra pas envisager une mixité des systèmes.

Dans la catégorie Général | Tags : | >> Permalien <<

Les commentaires sont fermés.