Des radars automatiques aux radars pédagogiques

Pour enrayer la vitesse excessive, jugée responsable de la majorité des accidents routiers mortels, les autorités ont décidé dans un premier temps d’équiper les routes françaises de radars automatiques. Seulement, les automobilistes, prévenus par un panneau avertisseur, se contentaient de limiter leur vitesse, pendant ce tronçon, pour éviter de se faire flasher, avant de reprendre leur rythme de croisière. Le résultat de cette mesure est la création de comportements, parfois dangereux, de conducteurs en excès de vitesse, ou flirtant avec la limite autorisée, et freinant de manière parfois brutale, devant le panneau.

C’est ainsi que le 11 mai 2011, le gouvernement a décidé de supprimer les avertisseurs de radars pour encourager les automobilistes à réguler leur vitesse de façon continue. Mais face à la vive réaction des Français et de certains élus, le ministre de l’Intérieur Claude Guéant fait cesser dans un premier temps, l’enlèvement des panneaux d’indication, pour décider ensuite, de les remplacer par des radars pédagogiques.

Ces enseignes lumineuses avertissent le conducteur de sa vitesse en l’agrémentant d’un « smiley » plus ou moins souriant en fonction du chiffre annoncé. Cette manœuvre pédagogique n’est pas bien comprise par l’opinion publique puisqu’en définitive la majorité des radars sera signalée… Par contre, le changement de panneau coûte cher à l’Etat, puisqu’un radar pédagogique est évalué à 10 000 € l’unité, soit environ 40 millions d’euros pour l’ensemble de la mesure de remplacement.

Si la question de la sécurité était réellement au cœur des préoccupations gouvernementales, pourquoi n’y a-t-il pas davantage de radars autour des écoles ou aux abords des villes ? Pourquoi ne les trouve-t-on que sur les autoroutes ou les grands axes en ligne droite ?

La controverse des radars pédagogiques est très active : n’hésitez pas à nous donner votre avis sur le sujet !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *