146 millions d’infractions par jour à Delhi !

La capitale indienne, forte de ses quinze millions d’habitants, est de plus en plus engorgée par la circulation, ce qui génère une insécurité générale, notamment pour les piétons. Chaque année, environ 1 000 piétons sont en effet victimes de cette insécurité routière, où le simple fait de traverser une avenue constitue un danger aussi grand que la traversée d’une autoroute.

Bien sûr, l’augmentation du nombre de voitures représente une des explications à cette situation, mais l’absence d’intérêt et d’action de la part du gouvernement ont également un rôle à jouer.

Cette année, pour la première fois, le problème a fait son apparition sur le banc des pouvoirs publics. Même si la proposition de KS Mehar – préfet de New-Delhi – visant à installer des péages urbains, a fait l’objet d’un refus, elle a toutefois le mérite d’avoir lancé le débat.

Avec huit-cent véhicules mis en circulation chaque jour dans les rues de la capitale indienne, il est nécessaire de mettre en place des solutions afin de sécuriser la ville, et protéger ses habitants. A ce titre, l’interdiction des voitures dans les zones commerçantes, la création de parkings, ou encore la mise en place d’horaires de bureau décalés font partie des projets actuellement envisagés.

Cependant, même si la gestion du trafic routier est essentielle, certaines habitudes ont la vie dure, et représentent un réel fléau pour la sécurité routière indienne. L’institut pour la prévention routière en Inde – IPRI – estime ainsi au nombre de 146 millions les infractions au code de la route commises quotidiennement à Delhi.

Entre les demi-tours et les marches arrières inopinées, entraînant des circulations à contre-sens, les automobilistes n’ont que peu de considération pour les règles de la route. Ajouté aux chameaux, éléphants et autres véhicules « inconnus », la circulation dans la capitale indienne a plus que jamais besoin d’être prise en main.

Une réponse à 146 millions d’infractions par jour à Delhi !

  1. Prix Contrôle Technique dit :

    Comme quoi, une infraction, ça reste très relatif !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *