Somnolence au volant, mort au tournant

En France, 30% des accidents mortels sont liés à la somnolence au volant, un chiffre inquiétant qui pousse aujourd’hui les sociétés d’autoroutes à alerter les pouvoirs publics.

Somnolence au volant

Selon le professeur Claude Got, membre du comité d’experts auprès du Conseil national de sécurité routière, la somnolence est le parent pauvre de l’accidentologie, difficile à cerner et difficile à combattre.

Ces accidents mortels dûs à la somnolence interviennent dans les mêmes proportions, que ce soit sur routes ou autoroutes. Plus étonnant, ces accidents se produisent en majorité lors de trajets en ville (54 %) et lors de courts trajets (85 %), comme le révèle un communiqué de l’Association des sociétés françaises d’autoroute (ASFA). Une enquête révèle que 30% des conducteurs sur autoroutes admettent avoir conduit en état de somnolence au moins une fois dans l’année et 3% au moins une fois par mois.

Face à ce constat, l’ASFA a fait des propositions à la déléguée interministérielle à la Sécurité routière Michèle Merli par l’intermédiaire de son délégué général, Jean Mesqui :

  • Renforcer les sanctions lorsque la conduite en état de somnolence ou d’hypovigilance est avérée.
  • Introduire dans la formation au permis de conduire la notion de somnolence et illustrer sa gravité, comme cela se fait déjà pour l’alcoolémie.
  • Sensibiliser les milieux médicaux sur les conséquences de certaines pathologies comme l’apnée du sommeil ou les insomnies.

Michèle Merli va étudier ces différentes propositions et s’est engagée à « porter le dossier devant le gouvernement ».

Il est indispensable de rappeler qu’à l’heure actuelle aucune méthode ne peut lutter efficacement contre la somnolence au volant : café, boissons énergisantes, autoradio, fenêtre ouverte …

Il est donc très fortement conseillé d’effectuer une pause toutes les deux heures, une courte sieste (15 à 20 minutes) est également bénéfique lorsque les premiers signes de fatigue se font sentir :

  • Paupières lourdes, picotement des yeux, fixité du regard.
  • Difficulté de concentration sur la conduite.
  • Bâillements répétés.
  • Raideurs de la nuque et des épaules.
  • Besoin incessant de changer de position.
  • Engourdissement des jambes.
  • Douleurs dorsales.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *