A quel âge estime-t-on l’arrivée de la sénilité routière ?

Le Post, premier site d’information participatif, a publié lundi 16 janvier 2012, le résultat d’un sondage sur la capacité des seniors à conduire, et plus précisément, à quel âge devrait-il repasser le code de la route.

En effet, depuis quelques années, l’actualité en France est parsemée de faits divers – parfois dramatiques – impliquant des seniors (de plus de 80 ans, la plupart du temps) et leur conduite : « Un octogénaire prend l’autoroute à contresens et tue un père de famille » relate le site SeniorActu le lundi 19 mars 2007 ; « Trois contresens signalés ces deux dernières semaines sur l’A84 », cite Ouest-France le 22 juillet 2010, ou encore plus récemment « Cuers: il prend l’autoroute à contre sens et écope… d’une amende » évoque le site NiceMatin, le 6 janvier 2012, etc.

Toutes ses actualités relancent continuellement le débat sur la conduite des seniors. Le Post a donc décidé de clarifier l’opinion en posant la question à 1 560 personnes (1) , représentatives, entre le 6 et le 16 janvier 2012 :

29 % des sondés estiment qu’il est nécessaire que les personnes âgées de plus de 70-75 ans, repassent le code de la route. Mais le sondage met en lumière également que 30 % des Français estiment que ce n’est pas uniquement aux seniors de repasser le code de la route : pour eux, la dangerosité n’est pas l’apanage des « seniors ».

Une opinion partagée par le professeur de médecine Claude Got qui indique – lors d’une interview avec Françoise Laborde – que les personnes âgées ont moins d’accidents liés à l’alcool et roulent généralement moins vite. Selon lui, et pour faire avancer le débat vers une solution concrète et raisonnable, il faudrait faire évaluer l’aptitude à la conduite ; puis, après 70-75 ans, effectuer un test sur les routes « habituelles » de conduite et vérifier qu’elles ne posent aucun problème au conducteur ; enfin, et parallèlement, impliquer le médecin traitant, qui devrait pouvoir relayer les « troubles de la conscience » d’une personne âgée, auprès de la famille du patient, et l’encourager ainsi, à arrêter la conduite.

Toute la difficulté est qu’ « il y a de très bons conducteurs à 90 ans et de mauvais conducteurs à 40 ans » (Claude Got) ; par conséquent, il ne faudrait pas opter pour un cadre trop rigide et trop contraignant.

1 : Panel respondi mingle (société respondi, fournisseur de panel européen).

2 réponses à A quel âge estime-t-on l’arrivée de la sénilité routière ?

  1. sanchidrian yannick dit :

    Yannick Sanchidrian
    rien ne sert de stigmatiser telle ou telle corporation de conducteurs, le tout est d’être capable de réagir rapidement et prévoir constamment des scénaris en roulant , pour éviter le pire, car savoir conduire c’est voir et prévoir les réactions des autres en fonction de leurs fragilités et de leur spécificité ‘ vulnérables ou pas ‘!! et tant que notre état physique ou psychologique nous le permet!!!
    n’oublions pas que la mobilité de tout être est importante, pour éviter la dépendance!!
    enfin, se rappeler et faire des piqures de rappel sur les règles à connaitre, ainsi que les savoir faire sont primordiauxpour éviter les situations à risque, ou d’urgence!!

  2. ainab dit :

    Merci à codeclic qui fut une aide très précieuse pour réussir mon examen du code! no stress…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *