La Sécurité Routière mise sur le réalisme et la violence

La Sécurité routière vient de lancer une nouvelle campagne destinée à sensibiliser les conducteurs et les usagers aux dangers de la route. Diffusée depuis le 22 janvier jusqu’au 5 février sur les chaînes télévisées et internet, cette campagne sera visible tout le mois de février dans les salles de cinéma.

La Sécurité routière espère ainsi toucher un public très large, et marquer les esprits.

Avec pour fil conducteur, « Tant qu’il y aura des morts, il nous faudra agir pour une route plus sûre », cette nouvelle campagne souhaite poursuivre son action, et parvenir à responsabiliser les conducteurs.

Pour atteindre cet objectif, la nouvelle campagne mise, à l’image des précédentes, sur un réalisme brutal, jugé parfois trop violent pour certains, telles Chantal Perrichon, présidente de la ligue contre la violence routière, pour qui « susciter l’émotion par la violence des images n’est pas suffisant à long terme ».

En effet, depuis de nombreuses années, la Sécurité routière garde la même ligne de conduite, privilégiant des campagnes aux situations hyper-réalistes, en mettant en scène des secouristes intervenant sur des accidents de la route. Les images sont évidemment brutales, et peuvent s’avérer particulièrement choquantes.

Cependant, cette méthode semble efficace pour la sécurité routière, selon qui une sensibilisation aux dangers de la route passe par une prise de conscience de la réalité, et donc par la diffusion de ce genre d’images.

Ajoutée aux nouvelles mesures gouvernementales visant à réduire le nombre de tués sur les routes, les campagnes de la Sécurité routière semblent pourtant porter leurs fruits. En effet, même si 3 970 personnes ont été tuées en 2011, il s’agissait néanmoins de la dixième année consécutive où le nombre de morts sur les routes était en baisse. Ce qui devrait conforter la Sécurité routière dans son mode de fonctionnement : brutal, violent et choquant, mais apparemment efficace.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *