Le Québec intransigeant avec l’alcool chez les jeunes

Alors que les apprentis et les jeunes conducteurs étaient déjà soumis à des règles draconiennes concernant l’alcool au volant au Québec, ce sont désormais tous les jeunes de 21 ans ou moins qui devront s’y soumettre.

En effet, depuis le quinze avril 2012, le gouvernement du Québec prévoit un degré d’alcoolémie égal à zéro pour cette catégorie de conducteurs. Ce « zéro alcool » s’applique ainsi désormais à tous les conducteurs âgés de 21 ans ou moins, quel que soit leur type de permis (voiture, véhicule lourd, cyclomoteur…).

L’objectif premier de cette nouvelle législation est bien sûr la lutte contre l’insécurité routière, et la diminution du nombre d’accidents de la route chez les jeunes.

Pour cela, le Québec a mis en œuvre des mesures prohibitives en termes de sanctions. Tout conducteur concerné par cette nouvelle loi, et contrôlé avec de l’alcool dans le sang verra son permis suspendu sur le champ, et ce pour une période de quatre-vingt-dix jours. Puis, dans le cas où il est jugé coupable, quatre points d’inaptitude figureront dans son dossier de conduite. Sans compter l’amende, de 300 à 600 $, qu’ils devront régler.

Peu importe donc que l’alcoolémie n’excède pas le taux légal, à savoir 80 mg d’alcool pour 100 ml de sang. Le Québec a voté le « zéro alcool » pour ses jeunes, et cette mesure ne supporte aucune exception. A noter également que les conducteurs de 21 ans et moins contrôlés avec un taux dépassant le taux légal pourront être poursuivis, s’ils sont déclarés coupables, et devront se soumettre aux sanctions applicables au code criminel. Selon le niveau de l’infraction, la sanction peut ainsi aller jusqu’à un emprisonnement maximal de dix ans dans le cas d’accident ayant causé des lésions corporelles, ou un emprisonnement à perpétuité dans le cas d’un accident aux conséquences mortelles.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *