L’histoire du code de la route Russe et des gyrophares.

J’ai découvert aujourd’hui un article, écrit par un contributeur, sur le site internet France 24 concernant l’utilisation abusive des gyrophares sur les véhicules de certaines personnalités russes. L’auteur explique que « seulement » un millier d’officiels russes auraient l’autorisation d’utiliser un gyrophare sur leur véhicule de fonction mais que, dans les faits, de nombreuses personnalités s’octroyaient ce privilège.

Accident routier en Russie

Cette situation a pris une tournure dramatique lorsque le 25 février dernier, un accident tragique a coûté la vie à deux femmes médecins, Sidelnikova et Alexandrina. Ce jour-là, la grosse berline transportant Anatoly Barkov, le vice-président du groupe pétrolier Loukoil, roulait à contre sens et avait heurté violemment la Citroën C3 des deux femmes. Anatoly Barkov n’avait ni le droit d’utiliser son gyrophare, ni le droit de rouler à contre sens. Malgré ces graves infractions et les différents témoignages, la police n’a retenu aucune charge contre le haut dirigeant. Fait troublant, les bandes vidéos de la caméra de surveillance ont disparues. La police a donc conclue, de façon fort logique, à une faute de la part de la conductrice décédée.

Dès lors, de nombreux automobilistes russes se sont munis d’une caméra et ont décidés de filmer ce type d’infraction pour dénoncer une injustice flagrante. De plus, de nombreuses vidéos sur Dailymotion et Youtube relatent cet évènement.

Rappelons enfin qu’en France la législation sur la détention ou l’utilisation d’un gyrophare bleu est stricte et est régie, entre autres, par l’article R313-29 du code de la route :

Le fait de détenir, d’utiliser, d’adapter, de placer, d’appliquer ou de transporter à un titre quelconque les feux réservés aux véhicules d’intérêt général est puni de l’amende prévue pour les contraventions de la quatrième classe. Ces feux peuvent être saisis et confisqués. L’immobilisation peut être prescrite dans les conditions prévues aux articles L. 325-1 à L. 325-3.

A noter que les ambulances privées munies de feux à éclats bleus ne sont pas prioritaires mais bénéficient uniquement d’une facilité de passage.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *