Zoom sur l’excès de vitesse du Président

Le Président Hollande était en déplacement officiel en Normandie la semaine passée, pour célébrer le 68 ème anniversaire du débarquement. Sur le trajet du retour, une voiture de journalistes a estimé que la voiture présidentielle roulait à 160 km/h sur l’autoroute – où la vitesse est limitée à 130 km/h -. Cette information a suscité une vive polémique, notamment suite aux déclarations du Président, dans lesquelles il affirme vouloir être un « Président normal ».

Qu’en est-il exactement des obligations et des règles applicables à la voiture présidentielle ? Est-elle soumise aux même obligations que les autres véhicules ? Un ancien commandant de police, membre du service de protection des hautes personnalités (SPHP) et un journaliste du magazine Auto Plus apportent quelques précisions sur le sujet.

Dès le moment où la voiture du Président est équipée d’un gyrophare et d’une sirène deux tons, elle n’est plus soumise au respect des règles en usage dans le code de la route. De plus, souligne Claude Gounot, ex-commmandant de police et actuel membre du SPHP, il est parfois conseillé d’enfreindre ces lois, en termes de sécurité. Journaliste au service Enquêtes d’Auto Plus, Benjamin Lyonnet précise le cas particulier des péages d’autoroutes, où la voiture présidentielle utilise la voie réservée aux pompiers et aux ambulances.

Concernant les excès de vitesse, le conducteur du Président n’est pas contraint de respecter le code de la route, toujours dans une optique sécuritaire.

Aussi, même le plus « normal » des Présidents ne peut décemment pas être jugé sur la façon dont est conduite sa voiture de officielle. En raison de l’importance de ses fonctions, et des risques inhérents en termes de sécurité, il ne peut pas systématiquement se conformer aux règles auxquelles obéissent les automobilistes anonymes. Sans compter que l’excès de vitesse mentionné n’est que supposé, dans la mesure où il a été relevé par des journalistes circulant à bord d’un véhicule roulant derrière la voiture présidentielle et le véhicule du SPHP.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *