Un code pour mieux se partager la rue

Excès de vitesse, absence de clignotants, queue de poisson, ou encore non respect des distances de sécurité : les mauvaises habitudes et impolitesses sont monnaie courante sur la route. Plus étonnant, l’irrespect des règles de bon sens et de bonne conduite sur la voirie foncent elles-aussi pied au plancher. À l’occasion de la Semaine européenne de la mobilité, un « Code de la rue » a justement été présenté afin de rappeler à chacun les droits et devoirs de tous les usagers.

Lille, Reims, Strasbourg, Bordeaux et bien d’autres figurent parmi les agglomérations qui se sont dotées de ce document récapitulatif, bien que sans valeur réglementaire, afin d’honorer un statut favorable à la mixité des transports. Que l’on se déplace en ville en voiture, à pied, en vélo, à roller ou en moto, des règles basées sur le civisme tendent à être respecter. Édité avec le Code de la route comme table de loi, ce nouveau recueil de normes répertorie justement ces principes élémentaires.

Favoriser la cohabitation des transports

Estampillé « Journée du transport public », ce mercredi était le point d’orgue de la Semaine européenne de la mobilité. Profitant de cet évènement, la conseillère municipale lilloise Vinciane Faber a exposé à ses concitoyens ce projet de « Code de la rue ». « Il ne s’agit pas de faire la guerre aux automobilistes, mais l’espace public est restreint à Lille, il faut le partager », explique-t-elle. Cette dernière plaide notamment pour une stricte égalité de traitement entre les usagers.

Idem à Reims, où la municipalité a tout mis en œuvre pour favoriser le développement des transports en commun et modes de déplacements doux (tramway, voie verte, double sens cyclable,…) pour apaiser la ville et améliorer la qualité de vie de ses habitants. « Pour la première fois, on ne parle pas des problèmes de la route, mais de la rue. On liste des choses banales mais utiles », considère le premier adjoint Eric Quénard.

Issus du travail de nombreux partenaires institutionnels et associatifs, ces Codes de la rue ont pour objectif principal, mais souvent oublié, que chacun est acteur du bien vivre ensemble dans l’espace public.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *