« Moins long, moins cher et plus sûr » ou « Trop flou, trop vite et toujours pareil » ?

Annoncée dès le début de l’année 2009, la réforme du permis de conduire lancée par François Fillon promettait un examen « moins long, moins cher et plus sûr ». Depuis, des équipes gouvernementales ont planché sur le sujet, et une nouvelle grille d’évaluation a été mise au point, publiée aujourd’hui par le Figaro (http://www.lefigaro.fr/actualite-france/2009/09/21/01016-20090921ARTFIG00341-permis-de-conduire-ce-qui-va-changer-.php).

Il ne s’agit pour l’instant que d’une proposition, qui pourra subir de légères modifications avant d’être validée, mais le document dans son ensemble affirme sans nul doute un changement d’état d’esprit pour l’évaluation des candidats.

Grande nouveauté, qui soulagera plus d’un candidat au permis : la nouvelle grille d’évaluation n’est plus un décompte d’erreurs, mais un bilan de compétences : ce sont les acquis du candidat qui sont évalués, et non ses erreurs. Trois grands axes sont donnés pour estimer la capacité du candidat à recevoir le permis : « Connaître et maîtriser son véhicule », « Appréhender la route » et « Partager la route avec les autres usagers ». Pour chaque compétence, une note de 1 à 3 sera attribuée au candidat – un total de 20 points sur 30 est nécessaire pour décrocher le permis.

Attention toutefois : certaines fautes demeurent éliminatoires – les candidats se présentant à l’examen du permis de conduire en ayant consommé alcool, stupéfiants ou tranquillisants à fortes doses seront automatiquement recalés.

Conduite écologique et dialogue entre examinateur et candidat sont également encouragés par la nouvelle grille d’évaluation. Lorsque le candidat est capable d’adapter sa vitesse à la situation aussi vite que possible, il est considéré comme « éco-responsable », et peut obtenir un point bonus supplémentaire. Par ailleurs, le candidat sera invité par l’examinateur à analyser ses erreurs et à les expliquer. Enfin, le candidat ne sera plus téléguidé par l’examinateur, mais devra respecter un itinéraire fixé au départ.

Encore en travail, cette nouvelle grille d’évaluation reçoit déjà des critiques de la part des professionnels. Selon Christian Grolier, responsable du Snica-FO, « le cadre de travail est trop flou », et risque de déboucher sur des évaluations extrêmement différentes – et donc sur une forme d’injustice. Christophe Nauwelaers, responsable de l’Unsa-Education routière, estime de son côté que « la forme change mais pas le fond ». Toutefois, bien qu’elle puisse encore être modifiée, la grille d’évaluation ne risque pas d’être bouleversée d’ici la fin de l’année. Les inspecteurs commenceront alors à être formés à la nouvelle méthode d’évaluation qui devrait être idéalement généralisée sur tout le territoire d’ici le 1er avril 2010.

Une réponse à « Moins long, moins cher et plus sûr » ou « Trop flou, trop vite et toujours pareil » ?

  1. JEAN LA CHOUETTE DE LA REUNION dit :

    Et oui on est déjà en octobre et rien ne bouge
    j’attendais au moins l’annulation pure et simple du délai de carrence d’un mois pour le code et accessoirement une baisse de l’âge de code au moins à 16 ans pour tous et une augmentation de sa validité à 5 ans
    Pour ce qui est de l’informatique ce sera très très dur d’informatiser les centres car il y a un très gros problème à résoudre : les salles d’examen n’appartiennent pas au ministère et avoir un parc d’ordinateurs volants est d’une compléxité rare en gestion et en quelque part en risque de piratage
    Question prix on ne cessera de le répéter une augmentation de la formation est automatiquement pour créer un supplément de dépenses : avoir une formation soutenue et plus que régulière favorise un coût de revient plus bas
    Pour les auto-écoles la loi d’octobre 2007 concernant l’allocation de places provoque le nettoyage par le vide des mauvaises auto-écoles. Le calcul est fait sur les réussites pour le code et les premières présentations : c’est l’origine d’une forme de double contrainte : d’une part les mauvais taux de réussite sont pour enclencher un manque d’attribution de places et provoque de facto une augmentationde la liste d’attente des candidats ajournés qui ne feront pas de publicité à l’entreprise
    De l’autre côte les entreprises ayant pris les dispositions en moyens humains et techniques pour favoriser la réussite de leurs candidats seront avantagées par une augmentation de leur droit soit une augmentation de leur chiffre d’affaire. Un exemple mon entreprise disposait en 2007 d’une dotation de 20 places de code ; avec un taux de 78% de réussite ma dotation est de 42 places soit tous les mois 22 fois 169 euros de plus en CA qui me permet une meilleure rémunération de mes encadrants et des facilités pour venir faire une mission de prises de photos en France
    Non la réforme du permis n’est pas à l’ordre du jour : le ministère a une vision plus précise de la formation en France avec le rendez-vous décenal de tous qui devrait voir le jour au mieux dans un an en fonction de l’évolution des centres de formation des encadrants car il en manquerait dans le cadre de la remise à niveau de tous les conducteurs
    Amitiés à tous
    JEAN LA CHOUETTE DE LA REUNION

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *