Vers l’abandon des éthylotests obligatoires ?

A peine entrée en vigueur et déjà abandonnée ? C’est en effet ce qui semble attendre la mesure destinée à rendre obligatoire la présence d’éthylotests dans les véhicules, officiellement mise en application depuis le 1er juillet dernier.

Il est vrai que le report au 1er mars 2013 des sanctions liées au non-respect de cette mesure nous avait déjà mis la puce à l’oreille. Sans compter qu’il est impossible, depuis plusieurs mois, de trouver des éthylotests sur le marché. D’ailleurs, à ce jour, moins d’un français sur deux en possède un.

Aussi, c’est donc sans grand étonnement que le Ministre de l’intérieur, Manuel Vals, a annoncé ce jour que le Conseil national de la sécurité routière (CNSR) allait évaluer et étudier la pertinence de cette mesure, avant de prendre une décision définitive.

Ce qui signifie que cette mesure est, en toute logique, amenée à disparaître ; le Ministre ne pouvant simplement pas l’abandonner, sans une évaluation préalable par les experts de cet organe qui reprend du service aujourd’hui même.

Créé en 2011, et composé d’élus, d’associations, d’entreprises et d’administrations, le CNSR jouait en effet le rôle de conseil et d’expert « ès sécurité routière » auprès du gouvernement, jusqu’à son arrêt temporaire en 2008.

Présidé par Armand Jung (député PS du Bas-Rhin), la nouvelle version du CNSR va devoir faire face à un programme chargé, dont l’objectif final est de lutter contre l’insécurité routière. Ainsi, l’utilisation du portable au volant, l’étude de la qualité des infrastructures ou encore le comportement des jeunes, sont autant de sujets qui devraient être abordés par le CNSR. Alcool, vitesse, stupéfiants vont ainsi faire partie du combat mené par ces spécialistes de la Sécurité routière.

Après avoir, bien entendu, travaillé sur la mission d’analyse relative à l’obligation des éthylotests, proposée par Manuel Vals.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *