Un centre de recherche sur la sécurité routière à Pékin

Un centre de recherche sur la sécurité routière ouvre en Chine, précisément à Pékin. Ce centre de recherche, destiné à enrayer la mortalité sur les routes, est le fruit d’une collaboration entre la Suède et la Chine, et plus particulièrement entre le constructeur suédois Volvo, racheté par le constructeur chinois Geely en 2010, et le pays du soleil levant.

Après avoir dépassé les cent millions de véhicules en circulation en 2011, avec une augmentation de plus de 14.9 millions de véhicules immatriculés en 2011, la Chine souhaite aujourd’hui accorder une attention particulière à la sécurité routière.

Il est vrai que, en dépit de règles sévères, ajoutées à une présence de radars très marquée, la circulation dans les principales agglomérations chinoises revêt souvent un caractère dangereux pour les usagers.

C’est donc dans cette optique que la Suède et la Chine se sont lancés dans la création d’un centre de recherche dédié à la sécurité routière, s’inspirant en grande partie des mesures en place en Suède, réputé pour le taux de mortalité sur les routes particulièrement bas. Même si les résultats de ces recherches s’appliqueront à la fois en Chine et en Suède.

Alors que l’ONU a lancé en 2011 la « Décennie d’action pour la sécurité routière 2011-2020 », dans le but de réduire de façon significative le nombre de décès sur les routes au niveau mondial, cette initiative a le mérite de soulever le problème. D’autant plus dans un pays, la Chine, où le nombre d’automobilistes a connu une augmentation annuelle de près de vingt millions sur les cinq dernières années.

Les infrastructures, la sécurité des véhicules, mais aussi le comportement des conducteurs seront donc au programme de cette décennie.

Gageons que ce centre de recherche sino-suédois parvienne à améliorer la sécurité routière, et ainsi à endiguer la mortalité.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *