Communiqué de presse : auriez-vous votre examen du code de la route ?

Auriez-vous votre examen du code de la route ?

Codeclic vous propose une révision gratuite du nouveau code de la route. 40 questions, 5 fautes maximum !

Communiqué de presse Société Codeclic.

Codeclic (https://www.codeclic.com) est un site internet français créé en 2004 et proposant aux internautes de réviser leurs connaissances du code de la route en vue de l’obtention du permis de conduire.

Réalisées en partenariat avec un moniteur d’auto-école, 2000 questions conformes au nouvel examen du code de la route vous attendent ! De plus, Codeclic propose également un blog dédié à l’actualité du permis de conduire, un forum et de nombreux articles en rapport avec l’apprentissage de la conduite automobile. Noté 4 étoiles sur 5 par le magazine Auto-plus (mars 2009), Codeclic se veut le spécialiste de l’apprentissage du code de la route sur Internet.

Un test gratuit et complet (40 questions) est disponible à l’adresse suivante :

https://www.codeclic.com/gratuit.php

Si vous désirez un accès illimité et à vie aux 2000 questions, il vous en coûtera environ 6 euros. De nombreux moyens de paiement sécurisés sont mis à la disposition de l’internaute (audiotel, SMS, Paypal, carte bancaire).

Une réponse à Communiqué de presse : auriez-vous votre examen du code de la route ?

  1. Fait le test… 5 fautes (dont une pour mauvais « clic »), mais c’est aussi comme cela qu’on fait des bêtises au volant.

    Bien étonné par ces questions, très orientées sur la « réglementation » (durée avant le contrôle technique pour une voiture neuve, la mention TWI sur les pneus, l’élimination de l’alcool par le foie, la rate ou le gésier, comme disait mon grand-père…), et proportionnellement assez peu sur la route elle-même. Cela permet de constater certaines aberrations comme l’usage du téléphone portable (très dangereux) qui coûte €35, et 2 points, alors que l’absence de port de la ceinture (qui NE PROVOQUE PAS d’accident) coûte €90 et 3 points. Il faut croire que les vendeurs de téléphones se défendent mieux que les vendeurs d’absence de ceinture… De plus, enfermés dans le vocabulaire réglementaire, les rédacteurs emploient des termes dont ils sont les seuls à connaitre le sens (à l’entrée sur l’autoroute, je vais devoir payer une « taxe »… pourquoi ne pas ajouter « para-fiscale à un établissement public à caractère industriel ou commercial » ?

    Pour le reste, l’idée du test est forcément bonne…

    Bon courage.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *