Sécurité routière : un bilan 2012 vraisemblablement positif

Bilan chiffré. A l’heure actuelle, nous ne connaissons pas les chiffres officiels de la sécurité routière pour l’année passée. Malgré tout, la tendance sera vraisemblablement positive puisque les onze premiers mois de 2012 révèlent déjà que 293 vies ont été sauvées. En effet, les données, prises de janvier à novembre, soulignent une baisse de 8,1 % du nombre de morts. Si l’on tient compte du baromètre de décembre, le bilan devrait être établi autour de 300 vies épargnées sur l’ensemble des douze mois.

Explications. Selon Chantal Perrichon, présidente de la Ligue contre la violence routière, cette amélioration est uniquement conjoncturelle : la crise économique actuelle contraint les automobilistes à moins rouler, pour réduire les frais d’essence et de péage et à trouver d’autres solutions moins chères (comme le co-voiturage, par exemple). En conséquence, avec moins de voitures sur la route, le nombre d’accidents (et donc, de tués) a baissé. En d’autres termes, si les chiffres 2012 sont meilleurs – ce dont on peut se réjouir dans l’absolu – cela ne peut pas s’inscrire dans la durée, puisqu’il s’agit du résultat d’une situation « favorable », extérieure aux actions de la sécurité routière.

Par contre, pour l’association 40 millions d’automobilistes, ce bilan met en évidence un changement de comportement des automobilistes. Pour son délégué général, Pierre Chasseray « ils se sont améliorés à la conduite ». La prochaine étape est de proposer des amendes, sans retrait de points, pour tous excès de vitesse inférieurs à 10 km/h, hors agglomération et de combattre les effets de l’alcool, première cause de mortalité routière.

Avenir. A ce sujet, le nouveau Conseil National de la Sécurité Routière va, très prochainement, entendre des experts sur ce thème et soumettre un avis, à la fois, au ministre de l’Intérieur, Manuel Valls et au délégué interministériel à la Sécurité Routière, Frédéric Péchenard. Tout sera mis en œuvre pour tenter de répondre à l’objectif gouvernemental annoncé en fin d’année : passer sous la barre des 2 000 morts en 2020. A noter qu’en 2011, le bilan était de 3 963 personnes tuées …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *