Communiqué de presse : Charte de sécurité routière

Mercredi 13 février 2008, à l’issue du conseil interministériel de la sécurité routière, le Premier ministre, François Fillon, Jean-Louis Borloo, ministre d’État, ministre de l’Écologie, du Développement et de l’Aménagement durables, Dominique Bussereau, secrétaire d’état chargé des Transports, et Frédéric Van Roekeghem, directeur général de la Caisse nationale d’assurance maladie des travailleurs salariés (CNAMTS) ont conclu une charte de partenariat en matière de sécurité routière avec les fédérations professionnelles représentatives du transport routier de marchandises.

Ce partenariat réunit les quatre principales fédérations du transport routier : la Fédération nationale des transports routiers (FNTR), la Fédération des entreprises de transport et de logistique de France (TLF), l’Union nationale des organisations syndicales de transporteurs routiers automobiles (UNOSTRA) et l’Association des utilisateurs de transport de fret (AUTF). Il conforte et élargit les actions déjà entreprises en matière de prévention du risque routier au sein de la profession.

Une plus grande prévention des risques routiers professionnels Cette nouvelle charte de sécurité routière est conclue avec quatre fédérations qui regroupent au total 24 000 entreprises de transport routier de marchandises, soit 60 % des entreprises du secteur. Elles gèrent 200 000 véhicules, ce qui équivaut aux deux tiers de la flotte de véhicules exploitée par la profession. L’enjeu principal de cette charte est d’initier de nouvelles actions de prévention dans les entreprises de transport. Elle prévoit d’approfondir la connaissance de l’accidentalité des poids lourds, de responsabiliser ces entreprises et de développer de nouveaux modes de conduite « apaisée ».

Les actions de prévention répondent aux quatre axes généraux de gestion des risques recommandés dans le code de « bonne conduite » adopté par les partenaires sociaux le 5 novembre 2003, dans le cadre de la commission des accidents du travail et des maladies professionnelles de la CNAMTS : le management des déplacements, des compétences, des communications mobiles et du parc de véhicules.

Un engagement partagé entre les partenaires L’État s’engage à : -Définir aux côtés de ses partenaires les thèmes d’actions à conduire. -Soutenir l’animation de plans de prévention du risque routier dans les entreprises. -Décliner la charte dans les réseaux territoriaux des fédérations, en liaison avec les collectivités territoriales et les Caisses régionales d’assurance maladie (CRAM).

Pour sa part, la CNAMTS s’engage à : -Mobiliser ses réseaux locaux pour accompagner les entreprises dans l’application concrète des conventions nationales d’objectifs précédemment établies. -Favoriser les études et recherches pour progresser dans le domaine de la prévention du risque routier professionnel. -Apporter une assistance méthodologique pour mener des démarches de prévention.

Les entreprises adhérentes et les fédérations signataires s’engagent à : -Inciter à la signature de chartes avec des entreprises du secteur. -Élaborer des outils pour favoriser le déploiement de plans de prévention. -Être des relais efficaces des campagnes institutionnelles de la Sécurité routière. -Inciter les fédérations homologues européennes à agir dans le domaine de la réglementation sur les transports.

Pour mener à bien ces actions, un comité de pilotage de suivi de la charte sera créé au niveau national et au niveau local entre les services de l’État, la CNAMTS et les professionnels.

« Je me réjouis du dialogue constructif que les professionnels de la route ont mené autour de la problématique sécurité routière ; il augure la richesse des réflexions qui seront menées en matière de mobilité durable dans le cadre des engagements du Grenelle Environnement » a indiqué Jean-Louis Borloo.

Dominique Bussereau remercie les professionnels de la route pour « leur mobilisation pour la sécurité routière, tant des conducteurs eux-mêmes que des autres usagers avec lesquels ils partagent la route tous les jours ».

Le transport routier, un secteur encore très touché par l’accidentalité routière Selon l’étude sectorielle portant sur l’année 2005, publiée par l’ONISR en 2007, le nombre d’accidents impliquant des poids lourds a fortement diminué au cours des cinq dernières années. La diminution des accidents avec poids lourds (-27 %) est équivalente à celle de l’ensemble des accidents (-27,6 %). En revanche, le nombre d’accidents mortels avec poids lourds diminue un peu moins vite (-27 %) que l’ensemble des accidents mortels (-29,8 %). En 2005, les poids lourds ont été impliqués dans 4 410 accidents (sur 84 525 au total) dont 727 mortels, parmi lesquels 78 conducteurs sont décédés.

En conclusion, les poids lourds sont globalement moins impliqués que les autres véhicules dans les accidents corporels mais plus impliqués dans les accidents mortels. Au regard des accidents du travail, le transport routier de marchandises reste, en France, l’un des secteurs les plus touchés. La fréquence des accidents y est deux fois plus élevée que pour l’ensemble des secteurs ; la majorité des accidents se produit lorsque le véhicule est à l’arrêt, lors des opérations de chargement et de déchargement.

Source : Sécurité Routière

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *