Vigilance au volant : se reposer pour plus de sécurité

C’est sur l’A6, plus précisément sur l’aire de la Porte de Bourgogne, que s’était déroulée une opération de prévention et de sensibilisation aux risques de l’hypovigilance. Lieu hautement stratégique situé entre Paris et Marseille, et absorbant 10 % du trafic, cet endroit a été choisi dans le but de sensibiliser le maximum d’automobilistes.

De 8 heures à 11 h 30, gendarmes, membres de l’APRR (Autoroutes Paris-Rhin-Rhône) et sapeurs-pompiers se sont relayé pour informer les automobilistes sur les dangers d’une conduite « hypovigilante ». On entend par là une conduite propice à l’endormissement, où le conducteur n’est pas en mesure de faire preuve d’une réactivité suffisante pour faire face aux situations imprévues rencontrées sur la route. Et où le risque de s’endormir au volant est trop élevé pour une sécurité optimale.

A ce titre, la Sécurité Routière recommande de s’arrêter toutes les deux heures, juste quelques minutes, le temps de se reposer et de se ressourcer pour continuer dans les meilleures conditions de sécurité. Mais il est aussi vivement conseillé de prendre le volant après avoir suffisamment dormi, pour être en possession de toutes ses facultés, et pouvoir s’adapter aux différentes circonstances qui se rencontrent sur la route.

C’est également dans cette optique que l’APRR a mis en place, au printemps dernier, une opération intitulée « Faites la sieste », destinée à inciter les conducteurs à s’arrêter et à s’accorder le temps nécessaire pour se reposer. Ainsi, pour cinq euros, chaque automobiliste a la possibilité de faire une sieste d’une heure dans l’un des deux hôtels de l’aire de repos, avant de reprendre la route en pleine possession de ses moyens.

Cette opération a le mérite de poser le problème et, espérons-le, de susciter une réflexion.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *