Recul de la mortalité routière en Europe

Les résultats sont encourageants : le nombre de morts sur les routes de l’Union Européenne a diminué de 9 % en 2012. Un constat qui s’explique notamment par les progrès technologiques et les politiques européennes en matière de sécurité routière.

Un niveau historiquement bas. Selon la Commission Européenne, la mortalité routière a atteint un des niveaux les plus bas de l’histoire : 28 000 victimes recensées sur les routes de l’Union Européenne en 2012, c’est 3 000 morts de moins que l’année précédente. Une baisse de 9 % qui encourage les politiques européennes à continuer leurs efforts. Siim Kallas, vice-président de la Commission et commissaire chargé des transports nuance : « Le triomphalisme n’est cependant pas de mise, car 75 personnes meurent encore chaque jour sur nos routes. Notre ambition étant de réduire de moitié le nombre de décès sur les routes de l’UE d’ici à 2020, nous n’avons d’autre choix que de poursuivre sur notre lancée. » Un objectif ambitieux puisqu’il induirait une baisse d’environ 7% des décès par an jusqu’en 2020.

Rappelons qu’en plus des drames humains causés par ces accidents, l’insécurité routière a un prix : ainsi, les coûts socio-économiques induits de ces dommages sont estimés à environ 2 % du PIB annuel de l’Union Européenne, soit un montant de 250 milliards d’euros.

Un plan d’action européen sur 10 ans. Bien que la mortalité routière ait diminué de 43 % ces 10 dernières années, on observe que le nombre de blessés graves n’a, lui, baissé que de 36 %. Un constat alertant pour l’UE qui décide, par conséquent, de mettre en place un programme d’actions pour les 10 prochaines années, visant à améliorer les infrastructures, les véhicules et le comportement des conducteurs européens.

Des initiatives avaient déjà été prises dans ce but : nouveau permis de conduire européen en 2013, plans nationaux de contrôle et répression trans-frontière des infractions au code de la route commises à l’étranger – excès de vitesse, conduite en état d’ivresse, etc. – seront donc complétées par de nouvelles mesures.

Les ministres des transports européens se réuniront au mois de juin prochain pour établir une nouvelle stratégie.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *