Zoom sur le bracelet sobriété

Initié depuis 6 mois en Grande-Bretagne, le « bracelet sobriété » s’impose comme un véritable outil de contrôle de l’alcoolémie en temps réel. Explications.

Après le bracelet électronique, le bracelet sobriété a été introduit en Grande-Bretagne il y a quelques mois déjà. Nouvel outil pour les juges et pour les services sociaux, le dispositif en question a pour fonctionnalité de vérifier en temps réel l’alcoolémie de l’individu qui le porte. Il est imposé aux délinquants de la route, bien sûr, mais également aux personnes coupables de mauvais traitements sur les enfants.

Comment ça marche ? C’est très simple. L’individu contraint doit attacher à sa cheville le fameux bracelet à la manière d’une montre. Discret, celui-ci peut être porté sous un pantalon sans que cela ne se voie. Pas de sonnerie ni de vibration gênante : l’objet se contente d’enregistrer et d’envoyer des informations visibles depuis la base de données d’un logiciel de contrôle. En aucun cas, il ne signalera à l’intéressé qu’il est temps d’arrêter de boire : le contrôle de soi doit venir d’une démarche personnelle et volontaire de la part de l’individu concerné.

Un indicateur d’alcoolémie en temps réel. Contrairement aux outils déjà existants qui analysent des données à un moment précis – comme les tests d’alcoolémie, par exemple – le bracelet sobriété, lui, transmet les résultats en direct. En effet, un capteur sensoriel, apposé sur le bracelet et en contact direct avec la cheville de l’individu, capte les variations de sueur et de température de la peau afin d’analyser le taux d’alcoolémie du sujet à longueur de journée, et ceci toutes les 30 minutes.

Un outil qui s’avère fort nécessaire dans un pays où l’alcool ne cesse de faire des ravages, notamment sur les routes. Une installation de ce dispositif en France n’est, bien évidemment, pas exclue.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *