Les vrais raisons de la baisse de la mortalité sur les routes

Si le mois de mai affichait de bons résultats en termes de mortalité sur les routes françaises, avec une diminution de près de 30 % du nombre de tués par rapport à 2012, il s’agit en réalité d’une tendance générale, qui touche la plupart des pays d’Europe depuis le début des années quatre-vingt-dix.

Alors que l’on pense souvent que cette chute est essentiellement liée à la politique menée concernant la sécurité routière, à la fois répressive et préventive, il s’avère que la raison est plutôt imputable aux améliorations techniques réalisées sur les véhicules.

En effet, de dix mille morts en 1991, la France est passée à 4 000 en 2010. De même pour l’Espagne, qui est passée de 8 800 à 2 500, ou encore l’Allemagne, passée de 11 300 à 3 600 morts. Or, la politique de sécurité routière n’est pas identique d’un pays à l’autre. En revanche, ce qui l’est, ce sont les progrès réalisés en matière de sécurité sur les automobiles. Les constructeurs apportent un soin particulier à renforcer et augmenter toujours plus les systèmes de sécurité, et contribuent à ce titre à faire baisser le nombre de morts sur les routes.

Bien sûr, il est plus que probable que la mise en place des mesures de limitation de vitesse, ou l’apparition de radars, fixes et mobiles, participent aussi de cette tendance, les conducteurs étant plus vigilants et prudents au volant aujourd’hui. De même, la crise joue également un rôle dans la diminution de la mortalité, en contraignant les automobilistes à modifier leurs habitudes de conduite, en roulant moins vite pour consommer moins de carburant, ou encore en privilégiant des modes de transport alternatifs (co-voiturage, transports en commun…).

Mais il est pour autant incontestable que les progrès et innovations techniques comptent pour beaucoup dans la baisse du nombre de morts, ce qui est en définitive plutôt rassurant.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *