Quand le permis de conduire tourne mal

Permis de conduire

Lundi 19 août, un jeune apprenti automobiliste a vu son examen du permis de conduire prendre d’étonnantes tournures sur les routes de Bondy, commune proche de Bobigny (Seine-Saint-Denis).

Un permis qui tombe à l’eau

Alors qu’il roulait à une allure raisonnable, le candidat à l’examen du permis de conduire a été percuté par un autre automobiliste. Si l’accident relevait plutôt d’un banal accrochage, les autorités ont été appelées car le moniteur souffrait de douleurs cervicales.

Cependant, à l’issue de leur habituel contrôle de routine, les gendarmes se sont étonnés de voir, face à eux, des individus en infraction pour des motifs différents : le test salivaire fait au conducteur a confirmé sa consommation de stupéfiants, tandis que le moniteur a – quant à lui – refusé de présenter ses papiers, tout en expliquant immédiatement la cause. Il ne possédait plus de permis de conduire. Après vérification, les forces de l’ordre ont – effectivement – constaté que le professionnel ne disposait plus d’aucun point sur son papier rose.

Auto_Ecole

Des conséquences d’une rare ampleur

Tandis que la conduite sous l’emprise de cannabis est considérée comme un délit, tout individu dépisté positif s’expose à une amende très salée, une peine de prison, un retrait de permis – et même une suspension pouvant aller jusqu’à 3 ans.

Naturellement, le candidat a immédiatement été mis en garde à vue et ne pourra pas, dans l’immédiat, se représenter à l’examen. Quant au moniteur, l’exercice de sa profession est en danger. En effet, le diplôme requis pour la pratique de cette activité suppose de ne jamais avoir fait l’objet de certaines condamnations judiciaires préalablement fixées. Finalement, l’homme – dont le permis a été annulé le 27 mars 2009 – s’expose à de lourdes sanctions judiciaires, tout en mettant sa carrière gravement en péril. Affaire à suivre…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *