La mort au bout de la route

Contrôlé par les gendarmes 90 minutes auparavant et alors qu’il venait de se faire confisquer son permis de conduire et son véhicule, un jeune homme de 20 ans a trouvé la mort dans un accident de voiture. On se prend à rêver que les gendarmes, dans le rôle du « bon copain » du spot tv de la Sécurité Routière lancé depuis la veille, aient réussi à trouver les bons mots (ou, au besoin, les moyens de rétorsion suffisants) pour empêcher le désastre.

Entre minuit et une heure du matin, le 12 décembre 2009 : le conducteur d’une Hyundai se fait contrôler par des gendarmes sur le peloton routier de l’A29, à hauteur de Saint-Romain-de-Colbosc en Seine-Maritime. Sans doute interpellés par le comportement du jeune homme, les gendarmes lui font faire un dépistage salivaire des stupéfiants, qui s’avère positif. Mais, pour être valable, ce test doit être confirmé par une analyse du sang, qui ne peut être menée immédiatement. C’est pour cette raison que le conducteur se retrouve libre de ses mouvement vers une heure et demie du matin, après avoir remis, fort logiquement, son permis de conduire et sa carte grise aux mains de gendarmes.

Mais si le véhicule est officiellement confisqué, les gendarmes n’ont apparemment pas récupéré les clés de la voiture, qui n’est pas non plus entravée par un sabot. Le jeune homme remonte donc dans son véhicule et reprend la route… pour être arrêté une seconde fois et cette fois-ci définitivement, à 2h50 sur l’A13 : heurtant une glissière de sécurité, le conducteur perd le contrôle de son véhicule, qui sort de la chaussée et effectue plusieurs tonneaux tandis que le jeune homme est éjecté à dix mètres de sa voiture. Il meurt sur le coup.

Alors que le spot de la Sécurité Routière traite du sujet en tâchant de laisser une porte ouverte sur l’espoir, la réalité, elle, ne prend pas de gants : nulle voix amie ne pourra, a posteriori, annuler le décès de ce jeune homme en lui suggérant de ne pas prendre la route, ou de ne pas récupérer le véhicule qui lui avait été confisqué.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *