Premiers soins intégrés au permis de conduireLe sénateur Jean-Pierre Leleux a déposé une proposition de loi visant à intégrer la formation aux premiers secours, dans l’examen du permis de conduire. Cette idée possède des objectifs intéressants pour davantage de sécurité sur les routes, mais reste difficile à mettre en place. Elle sera examinée le 19 novembre 2013.

Un projet pour sauver des vies

Les accidents de la route provoquent plus de 3 000 morts par an, un chiffre très élevé qui amène à s’interroger sur les améliorations de la formation des jeunes conducteurs. Un sénateur UMP a donc proposé de créer une nouvelle épreuve à l’examen, incluant les gestes de base des premiers secours. Ces connaissances permettraient aux automobilistes de sauver des vies, s’ils étaient confrontés à un accident. Et la mortalité de certaines victimes est parfois liée à l’attente des secours car il se passe environ 15 minutes avant qu’une ambulance arrive : un temps malheureusement déjà trop long pour un blessé grave. Selon le sénateur, jusqu’à 300 personnes par an pourraient être sauvées.

 Savoir apporter des soins aux blessés en attendant les secours

Une nouvelle étape à l’examen du permis

Il ne s’agit pas pour les élèves conducteurs d’apprendre le massage cardiaque, mais de connaître les gestes simples, comme la mise en position latérale de sécurité. Cette formation a déjà fait ses preuves dans d’autres pays européens, notamment l’Allemagne et l’Autriche ; mais en France, sa mise en place semble délicate. Pour le moment, les modalités pratiques n’ont pas encore été définies. Les moniteurs d’auto-école devront, vraisemblablement, être formés dans un premier temps, afin de pouvoir transmettre les gestes basiques des premiers secours. L’examen du permis devra donc également être réformé, dans un second temps. A l'heure actuelle, plusieurs questions restent en suspens : le déroulement du test, les techniques à connaître, le prix de la formation, etc. Des organismes associatifs comme la Croix-Rouge seraient visés pour se charger de l’apprentissage. Affaire à suivre…