Radars fixes : une efficacité relativement courte

Quel est l'impact des radars sur la mortalité routièreLes radars sauvent-ils vraiment des vies ? C’est la question soulevée par l’Insee – Institut national de la statistique et des études économiques lors d’une enquête sur dix années, réalisée pour vérifier l’influence des radars sur la sécurité routière. Controversés et détestés des automobilistes, les « flasheurs » fixes ont cependant une retombée importante, même si cela ne semble être qu’à court terme. 

La baisse significative de la mortalité routière

Depuis 2002, le contrôle des radars fixes sur les routes françaises a été durement renforcé. Aussi étonnant soit-il, jusqu’ici aucune étude n’avait été publiée pour prouver leur efficacité. L’Insee s’est donc vu confier ce décryptage précis de la dernière décennie, d’après des informations enregistrées entre 1998 et 2007, dans des communes de moins de 6 000 habitants. Les chiffres parlent d’eux-mêmes : 740 décès et 2 750 blessés graves ont été évités. Un constat qui se prolonge entre 2003 et 2011 puisque 2 230 accidents graves auraient été ainsi écartés. Il est également démontré que les radars situés sur les autoroutes ont une influence sur plusieurs dizaines de kilomètres ; par conséquent, les accidents sont moins nombreux sur des tronçons équipés, même de peu d’appareils.

Radars ont un effet sur la mortalité routière mais à court terme seulement

Un impact sur le court terme

Ce bilan positif sur la sécurité routière n’est, toutefois, pas effectif sur le long terme. Si la même enquête a ainsi démontré que le nombre de décès diminue de 50 à 75 %, durant les premiers temps suivant l’installation, elle souligne qu’au-delà de six mois, les chiffres baissent. En cause : les conducteurs deviennent moins vigilants avec l’habitude ; la plupart sont même équipés de GPS indiquant les radars, ce qui les conduit à les contourner, via des routes secondaires. Cette donnée amène l’Insee à s’interroger sur la hausse des accidents sur ces parcours, mais aussi ceux liés aux ralentissements violents à la vue des radars. En conclusion, ces derniers n’ont pas entièrement résolu le problème, mais contribuent, avec la prévention, les contrôles d’alcoolémie et l’amélioration technique des voitures, à la baisse de la mortalité routière.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *