Hyundai et Air Liquide : le pari de l’hydrogène sur le sol français

Air Liquide et Hyundai pour les premières voitures à hydrogène en série

Le 6 décembre 2013, l’entreprise Air Liquide a accueilli les deux premiers véhicules à hydrogène, de série, immatriculés en France. Le site de Sassenage a ouvert ses portes au constructeur coréen Hyundai, afin de présenter ces 4×4 non polluants. Après la démonstration place à la commercialisation : le gazier souhaite davantage développer les infrastructures de distribution et faciliter l’accès à l’énergie hydrogène.

Des 4×4 à hydrogène

Les ix35 FCEV, de la marque Hyundai, sont les premières voitures de série à hydrogène, immatriculées sur le sol français. Elles fonctionnent grâce à une pile combustible, qui produit de l’électricité en ne rejetant que de l’eau. Appelées « Tucson Fuel Cell », elles offrent des performances appréciables, à savoir une vitesse de pointe de 160 km/h et une autonomie de 594 kilomètres ! L’entreprise Air Liquide, productrice d’énergie hydrogène, a donc accueilli avec enthousiasme le constructeur coréen le 6 décembre dernier, sur son site de Sassenage (Isère). A noter que le gazier français a déjà construit 60 stations de distribution d’hydrogène dans le monde : la commercialisation en série de ces 4×4 Hyundai va le pousser à davantage développer ses infrastructures.

La dernière Hyundai ix35 FCEV, voiture à hydrogène en série

Une voiture écologique en série

Place à la commercialisation.  Jusqu’ici, les voitures à hydrogène n’existaient qu’à l’état de prototype ; aujourd’hui, l’objectif est de les porter sur le marché automobile, en commençant par une élaboration à petite échelle. Selon Pierre-Etienne Franc, directeur des technologies avancées chez Air Liquide : « nous sommes entrés dans une logique de série et de commercialisation ». En 2011, les ix35 FCEV faisaient partie des véhicules sélectionnés par la Commission européenne pour effectuer des tests. Aujourd’hui, la marque prévoit de construire un millier de 4×4 et de les proposer à la location, plutôt qu’à la vente. La commercialisation devrait voir le jour avant 2017, mais d’ici là, les stations de recharge d’hydrogène doivent davantage se développer.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *