Routes à 80 km/h : le test de Manuel Valls

Limiter la vitesse sur les routes bidirectionnelles

Mardi 21 janvier 2014, le ministre de l’intérieur, Manuel Valls, a annoncé vouloir expérimenter l’abaissement de la vitesse sur les routes secondaires. En passant de 90 km/h à 80 km/h, il estime que le nombre d’accidents graves sera considérablement réduit. Les automobilistes ne sont pas vraiment de cet avis et estiment que cette mesure est inutile.

La mesure de Manuel Valls

Au micro de BFM TV, Manuel Valls a déclaré : « 403 vies épargnées par rapport à 2012 […] ça reste un drame […], c’est neuf tués par jour ». Le ministre de l’intérieur souhaite donc mettre en place une phase d’expérimentation sur plusieurs départements français. Il s’agira de baisser la vitesse de 10 km/h sur les routes secondaires, soit de la limiter à 80 km/h. Après avoir soumis son projet au CNSR – le Conseil National de la Sécurité Routière – il a attendu ses propositions. Le comité d’experts a préconisé de limiter la vitesse sur les routes bidirectionnelles : les nationales, les départementales et les routes communales. Manuel Valls a également ajouté qu’une centaine de radars devraient être installés courant 2014.

 Limiter les routes à 80 hm/h

Les contestations

Cependant, cette mesure ne plaît pas à tout le monde. Tandis que la Ligue contre la violence routière considère que l’annonce de Manuel Valls est « historique », les associations d’automobilistes ne sont clairement pas enthousiastes. Selon elles, l’abaissement de la vitesse permet, en effet, de limiter considérablement la gravité des accidents mais cela ne réduit pas leur nombre. L’alcool serait le principal facteur à combattre, avec la baisse de vigilance et la fatigue. De plus, on observe une remontée des vitesses dans le monde, notamment aux Etats-Unis, en Grande-Bretagne et en Australie. La France serait donc à contre-courant des tendances routières avec ce projet. A noter que la mesure n’est pas définitive mais seulement en phase de test.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *