Une conductrice en tort à cause de talons hauts

conduire-talon-haut

Suite à un accident de la route, une automobiliste a dû composer avec un refus catégorique d’indemnisation : basée sur le verdict du juge, l’assurance considère la conductrice pour fautive. En effet, celle-ci portait des talons hauts au volant, considérés comme inadéquats avec une prise en main sécurisée de la voiture.

Porter des talons, une faute dommageable

En janvier dernier, la Cour de cassation s’est penchée sur le cas d’un accident de voiture aux circonstances particulières. Concrètement, une automobiliste s’est blessée après avoir – à cause d’un « verglas d’été » – perdu le contrôle de son véhicule. Sur plusieurs mètres, elle a continué d’avancer en tentant de redresser sa trajectoire, en vain : elle s’est finalement déportée sur la voie de gauche, percutant un autre usager arrivant en sens inverse. Si l’on met spontanément la faute sur l’état de la route, le juge en a décidé autrement. Ainsi, selon lui, la victime a commis une faute directement liée à l’événement, puisqu’elle portait des talons hauts en conduisant. Finalement, d’après l’enquête menée par les autorités, la chaussure se serait coincée dans les pédales, ce qui aurait – directement – causé la perte totale de contrôle.

talon-aiguille

De nombreuses fautes cumulées

Dans cette affaire, on ne peut réellement accuser la justice de zèle. En effet, si elle paraît, au premier abord, plutôt sévère, on comprend mieux la décision en prenant connaissance des circonstances de l’incident. Concrètement, la conductrice a accumulé les comportements à risques : dans sa voiture, elle transportait au total 7 passagers – dont 5 à l’arrière, des enfants sans sièges ou rehausseurs adaptés, non-attachés. Par ailleurs, d’autres aspects susceptibles de la déconcentrer ont été évoqués lors du procès, comme le fait qu’elle écoute de la radio ou discute avec ses passagers. Enfin, la femme a avoué qu’elle était – également – en train de fumer une cigarette. Finalement, si les talons hauts sont la cause officielle du refus d’indemnisation, on se doute que ce verdict sert, parallèlement, de punition pour une grande accumulation de petites infractions, toutes réellement dangereuses.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *