Le ruban blanc de la protestation

ruban-blanc

A partir du 7 avril, l’association 40 millions d’automobilistes propose aux conducteurs d’attacher, sur leur rétroviseur gauche, un ruban blanc comme signe de contestation. En effet, les conducteurs souhaitent afficher leur ras-le-bol face aux multiples restrictions imposées par le gouvernement.

Un mouvement de grande envergure

Si vous voyez, ces jours-ci, des rubans blancs accrochés aux rétroviseurs extérieurs de certaines voitures, vous n’êtes, à écouter les différentes associations d’automobilistes, pas au bout de vos surprises. Ainsi, cette initiative n’est, en réalité, qu’un élément annonciateur des mouvements de grogne à venir. En ce sens, une manifestation nationale est prévue les 12 et 13 avril : son but premier est d’anticiper le prochain conseil de sécurité routière, durant lequel un avis sera donné sur l’éventuelle baisse de la limitation de vitesse – de 90 à 80 km/h sur les axes secondaires. Toutefois, l’ambition de ces dispositifs est plus grande : concrètement, les leaders demandent au gouvernement une attitude plus apaisée envers les automobilistes.

ruban-blanc2

Plusieurs causes à défendre

En marge de – l’emblématique – mesure visant à abaisser la vitesse maximale autorisée sur les routes nationales, 40 millions d’automobilistes souhaite, parallèlement, défendre d’autres idées concernant les politiques de sécurité routière. En conséquence, afin de clarifier leurs revendications, les organisateurs de l’opération « Ruban blanc » répertorient, sur le site web www.ruban-blanc.com, toutes les mesures qu’ils souhaitent revoir en partenariat avec l’État. Finalement, le ruban blanc noué sur les rétroviseurs des conducteurs devient, en réalité, le symbole d’une lutte contre plusieurs politiques, toutes jugées trop autoritaires. Par ailleurs, lorsque les défenseurs du gouvernement se félicitent d’une mortalité routière en baisse constante, plusieurs spécialistes dénoncent un important amalgame : si les décès sur nos axes ont, effectivement, fortement diminué, c’est, avant tout, grâce aux progrès technologiques en matière d’aides à la conduite – et non grâce aux lois toujours plus répressives.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *