Hausse du nombre de conducteurs non-assurés

conducteur-fantome

Ces cinq dernières années, le nombre de conducteurs sans assurance a augmenté de 28 %. Face à cette  situation de risque, une campagne de sensibilisation vient d’être mise en place, afin de limiter les fraudes.

Plus de 370 000 véhicules sans assurance

En 2013, on estime à 370 000 le nombre de véhicules non-assurés : naturellement, puisqu’il est réellement difficile de recenser ces conducteurs fantômes, on imagine que leur nombre peut, en réalité, être largement supérieur aux 400 000. Parmi les causes de ce phénomène, la plus importante est – probablement – celle de la crise économique : en effet, à l’heure où le portefeuille des automobilistes est de moins en moins fourni, le moindre frais supplémentaire peut intervenir comme un réel problème à surmonter. Finalement, puisqu’ils ne peuvent lutter contre la hausse du carburant et des différents frais liés à la possession d’une voiture, ils préfèrent prendre un énorme risque en décidant, finalement, de ne souscrire à aucun contrat d’assurance.

Assurance-conducteur-fantome

Le poids des conducteurs fantômes

Lorsqu’un individu non-assuré est victime d’un accident de la route, le relais est passé à une institution spécialisée, le FGAO (Fonds de garantie des assurances obligatoires). En effet, celle-ci affirme avoir traité un total de 27 164 dossiers l’an dernier, prouvant ainsi l’importante hausse du nombre d’individus sans assurance automobile. Concrètement, ce Fonds de garantie se charge de verser les indemnisations lorsque la victime n’a pas d’assurance. Cependant, un problème moral de taille persiste, lorsque l’on sait que l’argent utilisé est, en grande partie, celui des conducteurs en règle. Afin de lutter contre un problème prenant, au fil du temps, de l’ampleur, le FGAO a, récemment, mis en place une campagne de sensibilisation. Plutôt destinée aux jeunes, celle-ci s’attache à cibler les individus généralement moins riches, puisque ce sont eux qui, le plus souvent, renoncent à la souscription à une assurance automobile. Enfin, puisqu’une part non-négligeable de ces usagers roule – également – sans permis, il semble impératif de lutter efficacement contre ces comportements à risque.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *