Les ravages du téléphone au volant

telephone-au-volant

Publié ce mardi 29 avril, le dernier baromètre d’Axa Prévention pointe du doigt certaines mauvaises habitudes prises par les conducteurs. Parmi celles-ci, on constate, depuis 2004, une inquiétante croissance de l’usage du téléphone portable.

Modification des comportements

Depuis le rapport publié en 2004, on identifie de nombreux changements dans les modes de comportement des conducteurs français. En effet, s’ils sont beaucoup plus vigilants face aux risques associés à la vitesse et à la consommation d’alcool au volant, ils sont largement plus négligents devant la dangerosité du téléphone portable. En réalité, lorsque l’on interroge les français dans la rue, ils n’hésitent pas à assumer le fait de passer des coups de fil en voiture, voire même de rédiger quelques textos dans les bouchons. Si, à la fin 2013, 34 % des automobilistes avouent téléphoner depuis leur véhicule, ils n’étaient que 18 % en 2004. De plus, parmi ceux qui reconnaissent leur infraction, 42 % affirment, également, ne pas utiliser de kit mains libres.

Telephone-au-volant

Autres infractions et améliorations

Parallèlement au – dangereux – usage du téléphone portable au volant, d’autres comportements à risque sont soulignés par le baromètre AXA Prévention. Par exemple, l’usage du clignotant apparaît, pour certains usagers, comme totalement facultatif – pendant que d’autres doublent par la droite les voitures trop lentes. Enfin, certains évoquent le risque de fumer au volant, lorsque l’on sait qu’une cigarette tombée sur le sol peut complètement perturber la conduite. Heureusement, quelques points positifs sont, toutefois, démontrés par cette publication : la tendance selon laquelle les français roulent moins vite semble se confirmer, même si la vitesse reste une cause – encore trop fréquente – d’accidents mortels. Pour conclure cette étude, une autre bonne nouvelle apparaît : si, en 2004, 14 % des automobilistes conduisaient après avoir bu 4 à 5 verres, ils ne sont plus que 6 % aujourd’hui, limitant ainsi le nombre de drames liés à la consommation d’alcool.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *