Les pistes pour réformer le permis de conduire

Délais interminables pour passer l’examen, coûts importants pour les familles : le permis de conduire se présente, bien souvent, comme un fardeau lorsqu’il s’agit de le passer. Pourtant, étant donné qu’il est indispensable pour accéder à l’indépendance, peu de jeunes peuvent s’en priver. A ce titre, l’État planche, actuellement, sur une éventuelle réforme pour simplifier les procédures.

Délais d’attente interminables et coûts importants

Depuis plusieurs années, on dénonce couramment le temps nécessaire pour passer le permis de conduire, tout en critiquant – également – l’argent que tout cela coûte concrètement. En effet, en 2013, les jeunes ayant raté leur permis de conduire ont dû attendre – en moyenne – 98 jours avant d’obtenir une nouvelle chance de passer l’examen.

Parallèlement, étant donné que les délais sont de plus en plus longs, les candidats doivent – parallèlement – dépenser de plus en plus d’argent pour obtenir le précieux sésame. En réalité, lorsqu’ils échouent une première fois, ces derniers sont obligés de prendre plusieurs leçons supplémentaires, afin de garder confiance et de ne pas perdre la main avant de retenter leur chance.

Naturellement, ces différentes obligations ont un coût, lorsque l’on sait que l’addition finale pour le permis B représente, en moyenne, plus de 1 500 € – tandis que la note peut, dans certains cas, monter à 3 000 €.

Examens privatisés et délais d’attente réduits

Bernard Cazeneuve, Ministre de l’Intérieur, a retenu la solution suivante : confier l’examen théorique du code de la route à des centres agréés, pour que les inspecteurs n’aient plus à gérer que l’épreuve pratique. En effet, cette mesure les aiderait à recentrer leur activité sur le permis de conduire pratique, en ayant plus de temps pour se concentrer sur cette étape indispensable.

Par ailleurs, une mesure essentielle consiste à baisser les délais de passage du permis de conduire, considérés comme beaucoup trop longs par les candidats et leur entourage. En effet, si le délai d’attente après avoir échoué une fois à l’examen est de plus de trois mois en France, il est réduit de trente à quarante jours dans certains pays européens. Finalement, les pouvoirs publics espèrent, par l’intermédiaire de leur réforme, diviser par deux le temps d’attente avant de retenter d’obtenir le permis de conduire.

Enfin, la possibilité de réduire l’épreuve pratique de trois minutes a été évoquée : en effet, à compter du 3 septembre, la durée de l’examen va passer de 35 à 32 minutes. Concrètement, si cette petite économie paraît dérisoire, elle permettra, pourtant, de faire passer – en moyenne – 13 candidats par jour au lieu de 12.

permis de conduire

Encourager au maximum la conduite accompagnée

Aujourd’hui pratiquée par une grande partie des jeunes, la conduite accompagnée plaît pour son efficacité : après avoir passé plusieurs heures à apprendre la pratique avec son moniteur auto-école, l’apprenti continue à se former avec ses parents, en conduisant pendant – au minimum – 3 000 km, pendant un an ou deux.

Pour faciliter le passage du permis de conduire et limiter les trop-pleins de candidats, l’État songe à avancer l’apprentissage anticipé de la conduite à 15 ans, au lieu des 16 actuels. Si cette mesure permettra, en réalité, de sensibiliser plus tôt les jeunes aux différents dangers de la route, elle encouragera, également, de passer l’examen du permis de conduire dès l’âge de 17 ans et demi. Toutefois, les individus n’ayant pas recours à cette alternative devront, eux, attendre la majorité pour tenter leur chance.

En outre, la prévention routière devrait être renforcée par des cours de sécurité routière au lycée, en classe de seconde : ils pourraient être validés par une attestation, afin de permettre de diminuer, comme le souhaite le gouvernement, le nombre de décès annuels sur les routes.

Une réponse à Les pistes pour réformer le permis de conduire

  1. auto école lorient dit :

    Vive les auto-écoles et le permis, mais les réformes par contre, cela dépend justement des réformes en question, il y en a des bonnes comme des moins bonnes…

    Amicalement.

    Antoine de Lorient.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *