Ornikar : le concept fait parler de lui

ornikar-fait-parler-de-lui

Depuis quelques temps, l’auto-école Ornikar fait parler d’elle – et ceci à l’échelle de la Terre entière. En effet, outre-Atlantique, le New York Times vante déjà ce concept qu’il considère comme novateur. Le journal va jusqu’à dénoncer la résistance à laquelle Ornikar doit faire face.

La déferlante Ornikar en France

Aujourd’hui, on ne cesse de dénoncer, en France, les difficultés auxquelles doivent s’exposer les candidats au permis de conduire pour obtenir leur précieux diplôme.  En effet, tandis que le prix moyen du sésame est de 1 400 euros, il faut généralement 18 mois pour passer avec succès l’épreuve pratique. Par ailleurs, le taux d’échec de 41 % contribue – lui aussi – à la croissance de la grogne concernant ce secteur.

Pour changer la donne, Ornikar se propose de révolutionner le monde du permis de conduire. Cette start-up innovante propose un forfait de 20 heures de conduite à 690 euros seulement : en moyenne, l’heure de pratique revient à 34,50 euros – au lieu des 40 dans les établissements hors de Paris.

Un deuxième objectif est réellement important pour les fondateurs de la société. Il s’agit de laisser la possibilité aux élèves de choisir leur propre professeur, afin de les aider à se sentir définitivement à l’aise et, ainsi, à progresser plus vite.

deferlante-ornikar

Le concept séduit outre-Atlantique

Selon le célèbre journal New York Times, le fait de permettre aux candidats de se former en ligne est un véritable avantage : les jeunes peuvent réserver leurs cours sur Internet et bénéficier d’une flexibilité tout à fait bénéfique pour avoir le permis plus vite. La possibilité de prendre des leçons partout en France constitue également un atout, puisque les jeunes plus mobiles peuvent – eux aussi – passer leur permis en toute simplicité.

Fort de tous ces constats, le célèbre quotidien américain en vient à se demander pourquoi le gouvernement français freine le développement du concept. Dans sa ligne de mire, on trouve la réglementation du secteur, estimée comme trop stricte. Le système est également accusé de gonfler les prix et d’accroître la compétition au détriment des apprentis conducteurs.

Le journal américain ne se contente pas de ces quelques évidences. Il dénonce, par ailleurs, des détails qu’il considère comme des absurdités. Ainsi, toutes les auto-écoles doivent impérativement posséder un lecteur DVD, alors même qu’ils n’en ont pas forcément besoin. D’une façon plus générale, on pointe du doigt la rigidité et la lourdeur du système administratif français, obligeant toujours le candidat à payer et repayer des heures de pratique.

concept-outre-atlantique

Un décalage entre les pratiques et l’apparition du numérique

Selon Erwan Le Noan, consultant en stratégie, il y a un véritable décalage entre la loi française et la conjoncture actuelle. Autour de l’apparition du numérique, on ne peut que déplorer le réel vide juridique pesant sur le pays. Par exemple, la loi oblige toute auto-école à disposer d’un local avec une télévision pour pouvoir exercer. Pourtant, avec Ornikar, on imagine parfaitement des jeunes se formant à la théorie directement chez eux, sans se rendre à l’auto-école.

Toutefois, la start-up a dû se plier à la réglementation en vigueur pour ouvrir : elle s’est conformée à ces exigences tout en affirmant qu’elle n’utiliserait pas ce bureau, étant donné que tous les cours sont dispensés en ligne.

Tandis que François Hollande affirmait souhaiter faire le nécessaire pour « simplifier et réduire le coût pour tous les jeunes mais aussi pour la population », ses actions en défaveur d’Ornikar sont dénoncées par les individus souhaitant un accès plus facile au permis.

En ce sens, une pétition est toujours en ligne sur la toile. Si, dans un premier temps, elle invite à parler sur Twitter du mouvement, elle cherche – avant tout – à cumuler des signatures pour aider l’auto-école à se moderniser.

Une réponse à Ornikar : le concept fait parler de lui

  1. Franck dit :

    Bonjour,
    Je suis sidéré par le manque d’investigation des journalistes actuels. A force de copier/coller tout et surtout n’importe quoi, l’information n’en sort pas gagnante.
    Donc je me présente, j’ai été moniteur auto-école, j’ai possédé une auto-école donc je crois bien connaitre le sujet et surtout je n’ai plus aucun lien avec cette profession ma parole est de ce fait très libre.
    Bref, de voir les américains s’extasier sur le bénéfice de l’apprentissage en ligne que proposerait Ornikar c’est vraiment ignorer que la très grande majorité des auto-écoles propose ce service depuis bien longtemps…donc rien de révolutionnaire !
    Pour ce qui est de l’avantage supposé à pouvoir choisir son moniteur et en changer à son gré pour l’apprentissage de la conduite, je suis très très septique, sur la plus-value et même tout simplement sur la demande des élèves eux-mêmes.
    Et puis vous l’avez dit le problème numéro un c’est le délai de 18 mois et le surcoût que cela entraîne (cours de maintien) et Ornikar n’y changera rien puisque les places sont données par les préfectures.
    Enfin, soyons précis, la proposition Ornikar à 690 € c’est d’une part, zéro service et c’est même carrément malhonnête car vous êtes un candidat libre… ce qui veut dire que pour passer les examens vous vous démerdez… et cela à un coût notamment parce qu’il vous faut un véhicule avec double-commande le jour de l’examen… et quand on parle de 1 400 € en auto école c’est pour en moyenne 25 h de conduite examens compris.
    Approfondissez le sujet et vous comprendrez que cette profession ne se « gâve » pas un moniteur gagne rarement plus de 1 500 € et pourtant c’est tous les jours jusqu’à 20h et il bosse tous les samedi. Un fonds de commerce auto-école c’est 3 ou 10 fois moins qu’une boulangerie.
    Il y a a 30 ans l’heure d’auto-école coutait une heure de mécanique. Aujourd’hui chez Renault on est à 80/90€ de l’heure alors même à 50€ l’heure d’auto-école il y a de la marge.
    Cordialement

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *