Sécurité routière : 2014, une année meurtrière ?

2014-annee-meurtriere

Depuis 2001, le nombre de morts sur les routes de France n’a cessé de baisser. Pourtant, cette année, la tendance semble se renverser : en effet, on observe une inquiétante augmentation de la mortalité routière.

Un mois d’octobre extrêmement meurtrier

En octobre, on enregistre une augmentation de la mortalité routière de 13,6 % – par rapport aux chiffres de la même période en 2013. En ce sens, 350 personnes sont décédées des suites d’un accident de la route en octobre 2014, contre seulement 308 en octobre 2013. Cette information, annoncée mardi 18 novembre par l’Observatoire National Interministériel de la Sécurité Routière (ONISR), n’est pas sans susciter de nombreuses inquiétudes. Chantal Perrichon, responsable de la ligue contre la violence routière, souligne que 42 familles supplémentaires ont perdu un proche dans un accident.

Selon le baromètre de l’ONISR, tous les types de conducteurs connaissent cette augmentation pour le mois d’octobre 2014. Les conditions de météo estivales seraient, en bonne partie, responsables de ce fait. En réalité, les automobilistes ont davantage pris la route et diminué leur vigilance, ce qui a participé à l’augmentation du nombre d’accidents. D’après cette même étude, les piétons et cyclistes seraient également dans « une situation préoccupante ». Leur mortalité a respectivement augmenté de 6 et 7 %, ce qui rend indispensable une plus grande prudence face à ces usagers vulnérables.

octobre-meurtrier

Les analyses sur la hausse des décès divergent

Cette constatation de l’ONISR n’est pas inédite : depuis le début de l’année, on observe une augmentation importante du nombre de décès sur les routes. Toutefois, cette actualité, aussi inquiétante soit-elle, doit être nuancée. Concrètement, sur les 10 premiers mois de 2014, on recense 2 815 décès – contre 2 703 en 2013. Cela correspond à une augmentation de 4,1 %. Depuis 2001, la mortalité routière n’a cessé, d’années en années, de diminuer. Ce serait donc la première fois, en plus de 10 ans, que celle-ci prend de l’ampleur.

Toutefois, certaines personnes soulignent que l’année 2013 affiche un taux de mortalité exceptionnellement bas. Entre 2012 et 2013, la baisse a frôlé les 10 %. Ainsi, on pourrait penser que l’année précédente a été particulièrement peu meurtrière, ce qui expliquerait – en partie – la croissance de 2014.

D’une façon générale, on reste dans une dynamique de baisse, puisque les chiffres de 2001 étaient beaucoup plus importants, avec 8 160 tués sur les routes. Bien sûr, ces quelques analyses n’empêchent pas de penser qu’il est indispensable de redoubler de vigilance sur la route. Il serait, en effet, souhaitable d’atteindre à nouveau le niveau de 2013 – voire, éventuellement, de pouvoir passer sous la barre des 2 000 tués par an, comme le souhaitait le gouvernement.

analyses-divergentes

Comment sensibiliser les conducteurs à la veille de l’hiver ?

A quelques semaines de l’hiver seulement, les risques d’accident vont bientôt se multiplier : neige, verglas, déplacements plus nombreux – pour aller voir la famille ou partir en vacances de Noël – sont autant de facteurs pouvant participer à une nouvelle hausse du nombre de morts sur les routes.

Pour éviter cela, les campagnes de sensibilisation, à la télévision par exemple, vont continuer. Depuis quelques temps, des messages moins choquants mais tout aussi efficaces ont fait leur apparition, sous le slogan « On a tous une bonne raison de rester vivants ». Parallèlement, les autorités maintiennent une présence accrue sur les routes, pour dissuader des excès de vitesse et autres comportements à risques.

Finalement, l’arrivée de l’hiver est l’occasion idéale pour faire réviser votre voiture : vérifiez que vos feux fonctionnent toujours parfaitement, que vos pneus ont une bonne adhérence et que vous pouvez affronter le froid en toute sécurité !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *