Code de la route : une verbalisation des cyclistes plus systématique

Avis de contravention

Dans un récent article paru dans le journal 20 Minutes daté du 24 novembre 2014, 88% des cyclistes déclaraient avoir déjà enfreint le code de la route. Si ce nombre est très important, les verbalisations sont rares. Les vélos ont, en effet, moins d’amendes que les automobilistes, mais cela devrait changer en 2015 avec le PV minoré.

 

Les cyclistes sont nombreux à commettre des infractions au code

Sécurité routière : tous responsables

 

Les cyclistes ne respectent pas toujours le code de la route ! Ils sont nombreux à commettre des infractions parmi lesquelles on compte : les feux rouges grillés, l’absence d’équipement obligatoire permettant leur visibilité par les autres usagers, ou encore l’emprunt de sens interdits. Ces derniers sont soumis aux mêmes obligations que les automobilistes, mais ont tendance pour diverses raisons à ne pas les respecter. Ce manquement au code de la route s’explique à la fois, par une méconnaissance des règles et par un sentiment d’impunité, ressenti par 44 % des sondés. Pourtant, s’ils enfreignent la loi, le nombre de verbalisations à leur encontre est faible.

Pour pallier ce manque de sévérité, le Conseil National de la Sécurité Routière a annoncé un projet de verbalisation adapté. Cette mesure intervient également suite à un bilan catastrophique, concernant la mortalité à vélo, qui a augmenté de 6% l’an passé.

 

Le PV minoré, une verbalisation adaptée aux cyclistes

S’il convient de ne pas fermer les yeux sur ces infractions, il est également nécessaire d’adapter la verbalisation. En effet, un vélo est bien moins dangereux sur la route qu’une voiture ou une moto, étant donné que sa vitesse est limitée. Les amendes des cyclistes négligeant le code de la route seront donc minorées, pour correspondre au niveau de danger causé par ces derniers. Le PV abaissé est déjà en vigueur à Strasbourg, où il est particulièrement efficace. Il s’agirait donc d’étendre la mesure aux autres villes.

Aujourd’hui, si un vélo emprunte un sens interdit il doit s’acquitter de 90 euros en France et de 45 euros dans la ville alsacienne. Ce type de contravention est de 4e niveau, les tarifs pour les autres classes étant de : 11 euros pour la première, en cas par exemple de stationnement gênant ; 22 à 35 euros pour la seconde, si vous téléphonez à vélo entre autres, et de 90 à 135 euros pour la dernière, si vous ne respectez pas un feu rouge ou toute autre signalisation indiquant qu’un arrêt est nécessaire.

La verbalisation minorée : expérimentation concluante à Strasbourg

Les tarifs des infractions en vélos

 

Depuis le lancement de la mesure à Strasbourg, 833 verbalisations à l’encontre des cyclistes ont été dressées et le nombre d’accidents les impliquant a baissé de 37% en un an. Alors que les vélos ne cessent de séduire les Français qui les emploient de plus en plus au quotidien, la verbalisation systématique paraît indispensable. Leur quantité a augmenté de 400% à Paris, ces dernières années, ce qui atteste d’un engouement croissant et de la nécessité de sécuriser la conduite à deux roues.

Dans les 7 premiers mois de l’année, 450 personnes circulant avec ce mode de transport ont été blessées dans la capitale. En France, cette population représente 5 % de la mortalité routière, et les incidents de la route les concernant causent 15% de blessés graves. C’est dans cette optique que le Conseil National de la Sécurité Routière préconise le déploiement de la verbalisation systématique minorée.

Le CNSR conseille également la mise en place d’une campagne d’information et de sensibilisation à la règle, afin de rappeler aux bicyclettes leur responsabilité sur la route. Une mesure qui a le double objectif de protéger ces usagers de la route fragiles, et de dissuader leur mauvaise conduite.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *