Grève des auto-écoles contre la réforme du permis de conduire

Ancien permis de conduire

Quatre mille : c’est le nombre d’auto-écoles qui manifestent aujourd’hui à Paris pour s’opposer à la réforme du permis de conduire incluse dans la « loi Macron ». C’est en effet à l’appel des principales organisations syndicales (CNPA, UNIDEC et UNIC) que plus de 4000 auto-écoles ont décidé de bloquer très tôt ce matin les différents accès à Paris.

Des mesures jugées dangereuses pour la sécurité routière

Les nouvelles mesures adoptées en première lecture à l’assemblée nationale la semaine dernière par les députés ne sont pas du goût d’une majorité des auto-écoles qui y voient un système dangereux pour la sécurité routière. En effet, comme le précise monsieur Jean-Louis Bouscaren, responsable de l’Unidec, « On est en train de disloquer un système et de brader la sécurité routière. On va réduire à sa portion congrue l’apprentissage et l’on misera sur le tout répressif pour améliorer ensuite le comportement des conducteurs ».

 

Manifestation des auto-écoles le 06 février 2015

Des postiers pour faire passer les épreuves théoriques et pratiques du permis de conduire

Les auto-écoles manifestent contre un série de mesures jugées inacceptables comme le recours à des postiers en remplacement des inspecteurs pour faire passer les épreuves pratiques et théoriques du permis de conduire dans les zones où les les délais d’attente sont les plus longs. En effet, quand les délais d’attente dépasseront 45 jours, les personnels de la poste spécialement formés pour l’occasion viendront renforcer les inspecteurs du permis. Une mesure jugée absurde par monsieur Philippe Colombani, président de l’UNIC qui précise qu’être inspecteur du permis de conduire c’est quand même un métier !

 

Manifestation des auto-écoles à Paris le 06 février 2015

Autres points de discorde : la possibilité pour le futur apprenti de passer un test d’aptitude sur internet pour évaluer son niveau avant de suivre sa formation et l’inscription « en ligne » dans une école de conduite sans que celle-ci ne possède de bureau physique.

Monsieur Philippe Colombani indique enfin que La loi Macron est une déclaration de guerre ouverte contre les professionnels de l’apprentissage à la conduite qui sont mis scandaleusement dans une impasse.

Les sénateurs examineront à leur tour d’ici quelques jours les différentes mesures de cette « loi macron ». En attendant les différents syndicats ne relâchent pas la pression vis-à-vis du gouvernement et une nouvelle journée de manifestation est prévue pour le lundi 9 février avec des actions à Paris mais également dans différentes villes de province comme Bordeaux, Marseille ou encore Limoges.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *