Belgique : les conducteurs expérimentés connaissent mal le code de la route

Le site du club automobile VAB a épinglé les automobilistes expérimentés belges lors d’un enquête réalisée sur Internet auprès d’un millier de personnes. Les résultats sont inquiétants puisque selon le VAB, les conducteurs âgés de 26 à 55 ans, ne connaissent pas la moitié des règles principales du code de la route : 54% est le score moyen des sondés de cette tranche d’âge. Seuls 23% d’entre eux ont réussi le test, en établissant un score minimum de 80%. En ce qui concerne le résultat des conducteurs âgés de plus de 62 ans, qui n’ont jamais eu à passer d’examen théorique, le score moyen obtenu est de 52%. Toutefois, il faut noter qu’aucun d’entre eux n’est parvenu à réussir le test (minimum de 80%).

Cette étude révèle des lacunes importantes qui malheureusement, sont transmis aux jeunes conducteurs à travers la conduite accompagnée, ou par la simple observation des habitudes parentales.

Werner Dobbeleer, porte-parole de l’Institut belge pour la sécurité routière (IBSR), considère qu’une connaissance correcte du code de la route est une condition primordiale pour la sécurité  au  trafic,  parallèlement  à  l’expérience  et  à  un  comportement  défensif. Selon ses constats qui corroborent celui du VAB, ce sont les règles les plus récentes qui sont souvent les moins bien connues.

Le VAB suggère d’introduire maintenant, une remise à niveau régulière de leurs connaissances pour pallier ces résultats alarmants. Un député fédéral N-VA, Bert Wollants, prend la parole sur le sujet : Il faudrait lancer le débat et examiner toutes les pistes. Cela pourrait passer par des cours voire  un  examen  obligatoire  pour  les  conducteurs  âgés. Mais un autre député Jef Van den Berg, spécialiste de la mobilité au CD&V, déclare que les seniors ne sont pas les uniques responsables : Les statistiques d’accidents ne démontrent pas qu’ils sont les plus dangereux sur la route affirme-t-il, soutenu par Daniel Bacquelaine (MR) qui ne désire pas lui non plus, la stigmatisation des plus âgés. Le débat semble complexe mais lancé.

Dans le milieu de la formation à la conduite, la confrontation aux lacunes des élèves est quotidienne : elle se situe aussi bien sur les principes de base (qui devraient être connu de tous), que sur les détails. Par exemple, ils ne savent pas quelle est la distance réglementaire pour allumer ses phares antibrouillard. Et vous, le savez-vous ?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *