Rééducation routière à la prison de La Farlède (Var)

A première vue, la démarche peut paraître vaine et même un peu sadique : faire de la rééducation routière en prison, c’est un peu comme de proposer une dégustation de foie gras à un diabétique.

A première vue seulement… Organisée par de nombreux intervenants en lien avec la sécurité routière, la justice et la réinsertion des détenus et ex-détenus, cette initiative fait preuve, en réalité, d’une très belle générosité.

Le principe : sensibiliser des détenus incarcérés pour des délits routiers graves (conduite sans permis, délit de fuite, alcool et/ou drogue au volant etc.) aux conséquences d’un acte irréversible.

Tous les détenus qui ont participé à cette opération de sensibilisation s’étaient portés volontaires. Étalé sur plusieurs mois, le programme s’est achevé par une rencontre entre détenus et victimes « à mobilité réduite » (en fauteuil roulant), puis par un match opposant l’équipe handi-sport de Hyères aux détenus.

Impossible bien sûr de mesurer l’impact d’une telle opération. Mais l’initiative, profondément philanthrope, force l’admiration.

Pour les victimes en fauteuil bien sûr, qui ont accepté de rencontrer ceux qui sont, symboliquement au moins, responsables de leur handicap.

Pour les organisateurs aussi : mettre en place un projet de rééducation routière en prison, c’est partir du principe que les détenus sont capable d’analyser, comprendre et changer.

Pour les détenus enfin : accepter librement de se confronter à des erreurs aux conséquences parfois dramatiques, c’est faire preuve d’un courage qui donne de l’espoir pour l’avenir.

Rééducation routière

2 réponses à Rééducation routière à la prison de La Farlède (Var)

  1. diabetique dit :

    merci pour ce joli articte :) juste une précision si seulement les diabète et leur entourage etait très bien informé et apliquer rigoureusement leur régime beaucoups de porbème dont souffert les diabétiques seront évités

  2. voivoi dit :

    Il est réconfortant de voir que des prises d’ initiatives que je qualifierais de trés intelligentes puissent être mises en place dans le milieu carcéral . Il serait désolant de ne pas croire en la capacité de réflexion , de regret sincère que le responsable d’un grave accident puisse vraiment éprouver . Agir pour l’aider dans sa prise de conscience de la gravité de sa conduite ,c’est le faire évoluer vers un désir de s’améliorer, de changer par lui -même son comportement . C’est lui démontrer que sa liberté d' »homme « , passe par l’acceptation de certaines règles dans la société , et le respect de l’autre , qui est le meilleur moyen de se faire respecter ! Que la prison ne brise pas … mais soit enfin constructive …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *