Un écolo-comportement sur les routes

Il existe une corrélation entre les recommandations en matière d’économie de carburant et celles de la sécurité routière. Et si, en réalisant des économies, vous réduisiez également les risques sur la route ? Voici la liste des éléments à suivre ou à ne pas faire.

Avoir un écolo-comportement

  • Planifier le trajet. En optimisant vos déplacements, vous éviterez les bouchons pour économiser votre temps et le combustible.
  • Limiter l’usage de la climatisation. En ouvrant vos fenêtres pour vos trajets en ville et en réservant la clim. pour l’autoroute, vous pourrez diminuer votre consommation d‘essence jusqu’à 20%.
  • Utiliser le régulateur de vitesse pour maintenir une vitesse constante.
  • Vérifier régulièrement les pneus (une fois par mois à froid).
  • Entretenir périodiquement votre véhicule. Si vous permutez les pneus, profitez-en pour faire vérifier les freins et l’ajustement des étriers ; changez régulièrement les filtres. Ce sont autant de gestes qui assurent le bon état général de votre véhicule et influencent le niveau de consommation d’essence et d’émission de gaz.
  • La transmission. Si votre voiture a une transmission manuelle, passez rapidement aux vitesses supérieures, là où le moteur est plus efficace et consomme moins. Pour une voiture à transmission automatique, utilisez les vitesses surmultipliées pour diminuer le travail du moteur et ainsi, son usure, tout en économisant le carburant.

Ne pas avoir un écolo-comportement

  • Dépasser la vitesse autorisée. La consommation d’essence est optimale entre 60 et 70km/h.
  • Conduire de façon agressive. Les freinages brusques et les démarrages plein gaz utilisent beaucoup de carburant. Optez pour une conduite en douceur et évitez de talonner les autres véhicules pour conserver une marge de manœuvre.
  • Laisser tourner le moteur au ralenti pour le réchauffer. Les moteurs des voitures actuelles ne demandent que 30 secondes au ralenti pour faire circuler l’huile. Au-delà, il s’agit de gaspillage d’essence, ainsi qu’une usure et un stress mécanique propices à des coûts d’entretien élevés.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *