Le bon score de la sécurité routière espagnole fait des malheureux

Depuis la nouvelle loi sur la sécurité routière de 2005, l’Espagne compte moins de morts et par voie de conséquence, moins de donneurs d’organes potentiels. L’organisation nationale des greffes espagnoles (ONT) doit donc repenser son système pourtant bien rodé : « depuis dix-neuf ans, l’Espagne est leader mondial du don d’organes », soulignait le secrétaire général du ministère de la santé, José Martinez Olmos. Le nombre d’accidents a été divisé par trois depuis 2005 et ne représente plus de 5,7% du total des dons d’organes, contre 8,3% en 2009 et plus de 20% en 2003.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *