Code de la route : les piétons et les cyclistes sont aussi concernés …

Alors que les « circulations douces » sont de plus en plus encouragées par les pouvoirs publics, le respect du code de la route par les piétons et les cyclistes devient crucial. Pressurisés par un durcissement général de l’application du code de la route, bon nombre d’automobilistes s’insurgent contre la nonchalance affichée de certains « deux-pieds » et deux-roues animés d’un petit esprit revanchard. A Rouen, une « opération carton jaune » organisée le 9 septembre a donné lieu, en trois heure, à plus de 180 rappels à l’ordre pour des piétons imprudents …

Précisons-le tout de suite : le code de la route n’est pas une loi, mais un règlement. Cela peut passer pour une nuance, mais est en réalité très important : alors qu’il appartient à chacun de s’informer de la loi et de la respecter (le fameux « nul n’est censé ignorer la loi »), un règlement ne concerne que ceux qui y adhèrent « de fait », en utilisant un moyen de locomotion tel que la voiture ou le vélo.

Ainsi, le piéton – et par extension, les utilisateurs de rollers, trottinette ou fauteuils roulants – n’est pas tenu de connaître le code de la route, donc de le respecter. Toutefois, pour leur propre sécurité, les piétons ont tout intérêt à adopter eux aussi un comportement en rapport avec les spécificités du code de la route.

Au grand dam des automobilistes, qui sont parfois excédés par le comportement des piétons, le code de la route estime toutefois que les piétons sont toujours prioritaires (sauf sur les voies exclusivement réservées aux voitures, bien sûr)… Ainsi, ces-derniers ne sont tenus d’utiliser un passage piéton pour traverser la route que si le marquage au sol se trouve à moins de 50 mètres d’eux. Si le passage piéton est plus éloigné, le piéton est autorisé à traverser la chaussée à n’importe quel endroit (mais pas en diagonale !), et est prioritaire sur les véhicules. Bien entendu, ces règles sont toute théoriques, et, en raison des flux automobiles toujours plus importants, il vaut mieux ne pas les prendre trop au pied de la lettre…

Si le statut des piétons, rollers, trottinettes et fauteuils roulant ne les oblige pas à respecter le code de la route à la lettre, celui des cyclistes en revanche est parfaitement limpide et ne leur accorde aucun passe-droit : les cyclistes sont des usagers de la route au même titre que les automobilistes. Ils doivent donc respecter la signalisation – les feux bien sûr, mais aussi les panneaux de sens interdit… Et, contrairement à ce qui peut se voir parfois, les cyclistes n’ont absolument pas le droit de rouler sur le trottoir – à moins d’être âgés de moins de 8 ans – ni de rouler à contre-sens ou d’emprunter une rue en sens interdit.

A l’heure où les moyens de locomotion écologiques sont de plus en plus privilégiés, avec une multiplication des pistes cyclables dans les grands centres urbains et des espaces piétonniers ou « de rencontre » de plus en plus nombreux, cyclistes et piétons doivent absolument prendre leur part dans le respect du code de la route, au même titre que les automobilistes : usagers de la route les plus vulnérables, ils sont aussi les plus gravement touchés en cas d’accident…

Voir un exemple concernant la ville de Toulouse :

http://toulouse.velorose.free.fr/Site10/alsacelorraine.html

Une réponse à Code de la route : les piétons et les cyclistes sont aussi concernés …

  1. Lcf34 dit :

    Dans environ 70% des collisions vélo-auto, l’auto est responsable.
    Le vélo n’est pas dangereux, c’est sa non prise en compte par les usagers de modes de transports motorisés qui l’est.
    Il va falloir s’habituer à partager la rue, qui n’est pas le domaine exclusif de l’automobile…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *