Le trafic routier européen et français

Une étude de INRIX réalisée en Europe pendant l’année 2009, a déterminé qu’un européen, habitant dans une zone encombrée, passait en moyenne 70 heures dans les embouteillages par semaine. Avec la flambée des prix du carburant, la circulation routière peut devenir un enjeu important sur la mobilité, l’économie et l’environnement.

Le trafic routier fait partie intégrante de notre vie et de nos conversations. Mais grâce aux données collectées par les nouvelles technologies, des études comme celle-ci, peuvent désormais, mettre en lumière les meilleures heures pour effectuer le trajet, les jours les plus adaptés à la circulation, etc., pour changer les comportements.

La France dans le paysage européen

D’une manière générale, les franciliens connaissent davantage d’embouteillages et de soucis de circulation, que les conducteurs du Royaume Uni, d’Allemagne, de Belgique, du Luxembourg ou des Pays Bas. Le Ratio de Temps de Parcours (RTP) est de 14,3 % : en d’autres termes, un trajet pendant les heures de pointe et réalisé en semaine, dure 14 % plus longtemps en moyenne, que le même trajet dans des conditions normales. L’étude révèle également que 8 des 10 points noirs en Europe se situent en Ile-de-France…

Sur le territoire français

En s’appuyant sur l’analyse du trafic des 27 plus grandes zones métropolitaines du pays, il apparaît que 10 premières zones congestionnées en France sont :

  • Paris – Ile-de-France : les conducteurs perdent 70 heures par an dans le trafic, le pire étant le mardi de 8 à 9 heures
  • Lille, avec une perte de 50 heures, surtout le jeudi de 8 à 9 heures
  • Lyon, avec une perte de 34 heures surtout le mardi de 8 à 9 heures
  • Limoges, avec une perte de 34 heures, surtout le mercredi de 17 à 18 heures
  • Grenoble, avec une perte de 33 heures, surtout le vendredi de 17 à 18 heures
  • Nantes, avec une perte de 33 heures, surtout le vendredi de 17 à 18 heures
  • Marseille, avec une perte de 27 heures, surtout le mardi de 8 à 9 heures
  • Bordeaux, avec une perte de 26 heures, surtout le lundi de 8 à 9 heures
  • Rouen, avec une perte de 26 heures, surtout le mardi de 8 à 9 heures
  • Poitiers, avec une perte de 25 heures, surtout le lundi de 17 à 18 heures

Le but de ce genre d’étude est d’aider les pouvoirs publics et les entreprises à éviter la saturation des routes et limiter les points d’engorgements, en communiquant les meilleurs jours de la semaine pour se déplacer ainsi que les zones congestionnées.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *