Dégradation avérée des comportements des Français au volant

Un sondage, commandé par AXA Prévention et mené pour la septième fois par l’institut TNS Sofres, révèle que « Les Français sont loin d’avoir atteint l’âge de raison » en matière de comportements sur la route.

Cette tendance, spécialement observée dans le milieu urbain, s’explique notamment par l’utilisation, au volant, des smartphones et par la non reconnaissance des dangers de la route, ce qui peut expliquer l’évolution de leur comportement. Paradoxalement, l’étude souligne que la quasi-totalité des conducteurs interrogés demandent des actions de prévention…

La faible portée de la politique de répression

Le baromètre Axa Prévention 2011 met en lumière que 24 % des bons conducteurs respectent les règles à la lettre, un chiffre en baisse de 8 % par rapport à 2004. Cependant, 38 % d’entre eux sont conscients des dangers de la route et ne se permettent que quelques écarts (1 % de plus de que le baromètre de 2004). Malheureusement, l’étude révèle une hausse systématique des mauvais conducteurs : 11 % sont « inconscients », en relativisant l’importance de toutes les infractions (ils n’étaient que 7 % en 2004) ; 7 % ignorent les règles de base et commettent régulièrement des infractions graves (contre 5 % en 2004) et 20 % ne respectent que leur propre code et s’affranchissent des règles (contre 19 % en 2004).

L’explication de ce phénomène est selon, Eric Lemaire, Président d’Axa Prévention, une certaine habitude des conducteurs « à la répression, aux radars et […] règles de prudence » depuis 2002, année où la sécurité routière occupait une grande place.

Le grand nombre d’infractions en ville

L’étude révèle que deux conducteurs sur trois ne s’arrêtent pas au feu orange et seulement 55 % d’entre eux qualifient cette pratique de dangereuse, contre 63 % en 2004. Cette tendance est plus répandue chez les moins de 25 ans et, en très nette augmentation depuis 2004 puisqu’elle concerne 94 % des jeunes conducteurs contre 71 %.

Parmi les autres comportements à risques, l’étude indique que plus d’un Français sur deux n’utilise pas les clignotants. Même si cette infraction occasionne un retrait de 3 points et que 79 % des conducteurs estiment qu’il est dangereux de doubler ou tourner sans clignotants, 54 % s’en dispensent.

Enfin, l’étude révèle que 49 % des Français roulent à plus de 65 km/h en ville, malgré les 69 % des conducteurs qui qualifient cet acte de dangereux.

L’impact des smartphones sur la conduite

Selon le dernier baromètre, 34 % des conducteurs avouent téléphoner en conduisant, un pourcentage qui a doublé depuis 2004 : une tendance observée chez les moins de 25 ans (39 %) et chez les 25-34 ans (34 %). L’étude révèle surtout que la prudence est ignorée. Aujourd’hui seuls 78 % estiment qu’il est dangereux de téléphoner au volant, contre 90 % en 2004.

Les nombreuses fonctionnalités des nouveaux téléphones semblent être « autant d’éléments perturbateurs » (dixit AXA Prévention) même si la jeunesse de ce marché empêche de tirer des enseignements pertinents et fiables.

Les autres facteurs responsables de ce changement de comportement

Davantage agressés en voiture qu’auparavant, 31 % des Français se sentent plus agressifs au volant et 26 % d’entre eux le sont davantage encore, lorsqu’ils conduisent pour des raisons professionnelles.

Par ailleurs, le baromètre 2011 souligne la progression de la somnolence au volant : même si 65 % des conducteurs jugent qu’il est risqué de conduire sans s’arrêter pendant 4 à 5 heures d’affilée, 33 % le font aujourd’hui (contre 23 % en 2004). Ce micro sommeil, survenant même avec les yeux ouverts, sont des périodes d’endormissement de 5 à 15 secondes. Il représente la première cause d’accident sur autoroute et, par ailleurs, il est responsable d’un accident mortel sur trois.

Enfin, malgré les campagnes agressives de prévention contre l’alcool au volant : 27 % des conducteurs continuent à prendre le volant après avoir bu deux verres.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *