Les dix villes les plus stressantes où conduire

Les nouvelles technologies, qui accaparent notre attention lorsque l’on conduit (le kit main libre des téléphones portables, les écrans dans l’habitable, etc.) sont autant de confort et d’angoisse pour le conducteur. Même s’ils peuvent être conscients de leur dangerosité, ils sont quand même tenter de les utiliser ; aussi, il est inutile d’y ajouter du stress ambiant. A toutes les personnes qui veulent éviter toutes déconvenues et sujets d’énervement, veuillez éviter les 10 villes du monde citées ci-dessous.

Athènes (Grèce)
Le manque de places de stationnement dans la capitale grecque se traduit généralement par des voitures ou camions garés en double, voire triple file, et qui peuvent bloquer totalement une rue ; le tout, dans une indifférence totale du code de la route. Si les motos et scooter parviennent à se faufiler et ainsi, éviter les obstacles qui les ralentissent, les piétons sont eux aussi tout autant indisciplinés. Si par malheur, vous venez d’une rue perpendiculaire à une grande artère, n’espérez pas vous insérer facilement dans le flot de voiture qui ne vous accordera aucune place.

Rome (Italie)
Associés à des pilotes de course ratés, les conducteurs italiens ne tiennent absolument pas compte des événements qui peuvent se produire derrière eux. Par contre, ils n’hésiteront pas à coller leur capot à votre pare-choc. Et comme les ceintures de sécurité sont en option, cela explique le taux élevé de mortalité et les nombreuses collisions quotidiennes. Dans la capitale, il est plus sage d’opter pour les transports en communs et les taxis.

Mumbai (Inde)
A Mumbai, n’ayez pas peur de voir des Indiens vous dépasser dans un virage ou déboiter sans regarder à côté. La ville compile toutes les mauvaises habitudes et manœuvres dangereuses que l’on vous a appris normalement, à ne pas faire. A cela, il faut ajouter les gens qui font la sieste sur le bas côté, les autobus surchargés, les animaux et les tuk-tuks (genre de taxi-mobylette)…

Oulan-Bator (Mongolie)
Sachant que seulement un quart des rues est pavé à Oulan-Bator, que la majorité des véhicules mongoliens ont du mal à résister aux variations de température et que la formation à la conduite est très précaire, la circulation dans cette grande agglomération de plus d’un million d’habitants, peut se révéler épique.

Toronto (Canada)
Avec parfois 18 voies de largeur, conduire à Toronto est très intimidant. Mais la ville est surtout réputée pour sa congestion routière : des voitures qui avancent au pas aux heures de pointes, des travaux routiers sans cesse, des voies rapides ou d’approches qui disparaissent, etc. Cela explique pourquoi Toronto a le temps de déplacement moyen le plus élevé au monde.

Beijing (Chine)
La capitale chinoise compte plus de 3 millions de véhicules en circulation qui généralement ne suivent pas les règles élémentaires du code de la route. Ne soyez pas surpris si un Pékinois klaxonne une voiture de police ou un véhicule d’urgence, si ce dernier tarde à démarrer !!

Séoul (Corée du Sud)
La particularité de Séoul est de permettre à ses autobus de transports en commun de ne pas respecter les feux de signalisation. Une souplesse, généralisée dans les faits, à tous les automobilistes, qui ne tiennent pas non plus compte, des piétons, des trottoirs ou des nombreux scooters, qui se faufilent n’importe où pour avancer coûte que coûte.

Orlando (Floride)
Inondée de touristes, Orlando est tristement célèbre pour les holdups de voiture aux feux de circulation. Tout traduit la démesure : la taille des centres commerciaux attire et congestionne la circulation avoisinante, le plus gros McDonald du monde engendre une queue au McDrive impressionnante, etc. Excès de population, de touristes, de fatigue, un cocktail détonnant !

Paris (France)
Paris figure sur cette liste à cause du rond point de l’Arc de Triomphe : 13 avenues desservies, pas de marquage de voie au sol, des centaines de voitures et des piétons tentant de traverser le rond point… Bizarrement, ca marche … mais au prix de quelques suées !

Manille (Philippines)
Manille, la ville où tout est permis : traverser trois voies, ignorer les clignotants ou les feux rouges, utiliser les voies à sens inverse pour éviter un bouchon, ou encore tourner à gauche quand on se situe à l’extrême droite. Le tout, dans un concert de klaxon incessant, sur des routes terribles à la signalisation épisodique…

Une réponse à Les dix villes les plus stressantes où conduire

  1. Haelwennlais dit :

    Et Marseille, elle ne figure pas dans la liste ?! Les habitants sont tellement peu respectueux du code de la route que les accrochages sont fréquent. Quand à laisser passer les piétons à peine le feu au vert qu’il faut courir sur le trottoir, même avec des enfants. Et circuler à vélo s’avère tout aussi pénible et dangereux, aucune sympathie pour les vélos, voir même les pousser un peu pour qu’ils roulent sur le trottoir c’est moins gênant…non vraiment, dix ans à Marseille, je vous assure c’est stressant.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *