Comment réussir son code ?

Nos conseils pour réussir

Vécu par beaucoup de jeunes conducteurs comme un cap compliqué à passer, le code de la route est obligatoire pour obtenir le permis de conduire. Impossible, donc, d’échapper aux célèbres leçons permettant de se familiariser avec les QCM et les thématiques proposées.

Mais contre toute attente, quand l’apprentissage est réalisé dans de bonnes conditions et que la personne fait preuve de bonne volonté, il est simple de réussir son code dès la première fois. En 2018, le taux de réussite au code de la route est de 72 % — contre à peine 60 % pour le permis de conduire.

Si les premiers entraînements laissent parfois les jeunes perplexes et s’ils commencent très souvent avec des tests dans lesquels ils font au minimum 15 fautes, les efforts de mémorisation et de compréhension paient et permettent, en quelques semaines ou mois, de passer facilement sous la barre des 5 fautes.

Voici plusieurs conseils pour augmenter ses chances de réussir à l’épreuve théorique générale (ETG).


Le déroulement de l’examen

L’objectif de l’examen du Code de la route est simple : il s’agit de s’assurer qu’un candidat au permis de conduire a les connaissances théoriques minimales pour prendre le volant en toute sécurité. Au cours de l’épreuve, 40 questions sont posées avec, à chaque fois, des choix multiples (entre 2, 3 ou 4 réponses). Pour l’apprenti conducteur, l’enjeu est de cumuler un maximum de 5 fautes et un minimum de 35 bonnes réponses.

Avant chaque session individuelle, les différentes questions sont sélectionnées dans une banque de 1 000 questions réparties en 9 thèmes.

Parmi les notions sur lesquelles on peut tomber, on trouve :

Les questions lors de l'examen du code de la route sont toujours accompagnées d’une illustration. Il s’agit la plupart du temps d'une photographie mettant en scène une situation mais vous pouvez également retrouver une simulation 3D ou une vidéo.

L’enjeu est d’observer tous les détails car certains éléments peu visibles peuvent influer sur la réponse. Un temps maximal est fixé pour donner sa réponse : vous avez 20 secondes pour répondre à partir de la fin de la lecture orale de l'énoncé.

Le chronomètre donne un rythme à l’examen mais ne nuit généralement pas aux candidats, qui peuvent facilement réfléchir pendant la durée d’affichage.

Dans les centres agréés pour passer l'examen du code de la route, comme les centres de La Poste ou de SGS (ObjectifCode), chacun possède sa propre tablette tactile et personne ne répond aux mêmes questions, ce qui limite les risques de tricherie. Au cours des épreuves traditionnelles auxquelles on accède encore quelques fois dans de rares situations, tout le monde répond aux mêmes questions grâce à un boîtier prévu à cet effet.


Bien se préparer au code

Pour se former au code de la route, deux solutions existent en 2018 : soit s’inscrire dans une auto-école , soit se présenter à l’examen théorique en candidat libre.

Quelle que soit la méthode utilisée pour apprendre le code de la route, la clé de la réussite est toujours la même : elle réside dans la régularité. Dès que possible, on prend l’initiative de se déplacer jusqu’à son auto-école pour suivre des leçons théoriques. Chez soi et à tout moment de la journée, on lit le livre du code quand on a un minimum de temps libre et, par ailleurs, on contrôle régulièrement ses connaissances par le biais d'un site de révision du code de la route, comme par exemple Codeclic.

Il est important que chaque apprenti conducteur fasse un effort de mémorisation sur les thématiques les plus difficiles. Quand certaines notions paraissent difficiles à saisir, l’idéal est d’insister en lisant les chapitres du manuel qui évoquent le sujet.

Bien sûr, même en ayant beaucoup de volonté, il faut un minimum de temps pour assimiler toutes les règles du code de la route. Il n’est pas possible de tout retenir en quelques jours, parce que l’effort de mémorisation doit obligatoirement venir compléter un effort de compréhension. Ainsi, il ne suffit pas de connaître les règles par coeur, il est également requis de les comprendre.


S'inscrire au bon moment

La formation au code de la route dans une auto-école permet d’obtenir, jour après jour, un véritable accompagnement vers la réussite à l’examen théorique. Dans un premier temps, les candidats sont vivement encouragés à suivre un maximum de leçons théoriques. Par ailleurs, ces moments d’apprentissage en groupe sont idéaux pour poser ses questions, soulever les éventuelles difficultés et mieux comprendre le code de la route.

Le moniteur présente l’un de ses élèves uniquement quand il sait qu’il a des chances de réussir à l’examen. Autrement dit, il est impossible pour une personne souhaitant obtenir le code de la route de le passer si elle fait trop de fautes ou si elle n’est pas suffisamment assidue aux leçons de code.

Chaque auto-école dispose d’un nombre de places dans les différentes sessions d’examen : il n’est donc pas possible de présenter des candidats sûrs d’échouer.

En autonomie (en candidat libre), il est possible de faire des tests du code de la route pour mieux connaître son niveau. Mais la meilleure solution reste de toujours se référer à un professionnel de l’apprentissage de la conduite (moniteur d’auto-école ou professeur dans une auto-école en ligne) pour discuter de ses notes, de ses incompréhensions et de son intention de passer l’examen du code de la route.

En se fiant à de simples règles de bon sens, on comprend très vite qu’il faut attendre de réaliser moins de 5 fautes aux tests d’entraînement – à plusieurs reprises – avant d’envisager son inscription à une session d'examen du code de la route.

Beaucoup de candidats redoutent un échec au code de la route. En effet, à chaque fois que l’on se présente à l’épreuve théorique générale, il faut de nouveau payer 30 €.


Conseils pour le jour J

Quelques conseils simples à exécuter sont valables pour le passage du code de la route et pour de nombreux autres examens. Avant de se lancer, les révisions sont indispensables – même s’il est plutôt déconseillé d’engranger trop de connaissances sur un délai court.

L’avantage du code de la route réside dans la possibilité de passer l’examen quand on le souhaite et surtout quand on a les capacités de le réussir. Pour augmenter ses chances de réussir, il est donc particulièrement utile d’attendre le bon moment pour se présenter à une session du code de la route.

Quelques jours avant l’examen, il est encore temps de se plonger dans son livre de code, en se remémorant notamment les thématiques plus compliquées – ceci afin d’éviter de se trouver en difficulté devant une question plus pointue. Pour retenir de la meilleure façon possible, il est tout à fait possible de créer des fiches synthétiques ou encore de prendre le temps de surligner certaines notions importantes dans son livre de code.

Lors des leçons de code de la route proches du passage de l’examen, on met naturellement toute sa bonne volonté pour réaliser moins de 5 fautes. Mais il n’est pas question, non plus, de bouder la correction : il s’agit du meilleur moment pour comprendre les erreurs possibles et éviter de tomber dans les pièges du code de la route.

La veille du jour de l’examen, on conseille plutôt de ne pas trop réviser : il peut être utile de faire un test pour se rassurer mais il est surtout recommandé de bien se reposer, pour arriver dans la salle d’examen dans un bon esprit.

Enfin, pour réussir son code de la route, le jour de l’examen, il ne faut pas trop stresser et surtout focaliser son attention sur les questions. Inutile également de se presser pour répondre, puisque le temps imparti pour chaque QCM n’est pas là pour stresser les candidats : il est largement suffisant pour réfléchir et trouver la bonne réponse.

Le jour de l'examen, il faut impérativement vous munir de votre convocation ainsi que d'une pièce d'identité valide ou périmée depuis moins de 2 ans.