Ressources pédagogiques pour l'éducation routière et l'apprentissage du code de la route à l'école maternelle



Que peut-on attendre d’un enfant de maternelle ?

Dès son plus jeune âge, l’enfant doit être sensibilisé aux multiples risques présents sur la route : pour cela, à la maternelle, vous pouvez proposer aux élèves quelques exercices. Ces derniers auront pour objectif principal de susciter une prise de conscience autour des dangers de la route.

Dans la rue, l’enfant peut être en mesure de différencier les principaux espaces, à savoir : le trottoir et la chaussée. Dès trois ans, il est conseillé de lui expliquer que les piétons marchent uniquement sur le trottoir, tout en prenant soin de traverser la route uniquement par l’intermédiaire de passages piétons. À tout âge, l’enfant est apte à écouter et à regarder, dans le but de se rendre compte, par lui-même, de la dangerosité de la route.

Lorsqu’il marche, un enfant entre 3 et 6 ans doit savoir suivre un adulte, lui tenir la main et, surtout, ne jamais s’en éloigner. Il doit comprendre que la route n’est pas un espace de jeu – mais un endroit où il est soumis aux ordres de l’adulte accompagnant.

Par ailleurs, de plus en plus d’enfants commencent, très jeunes, à pratiquer le vélo, la trottinette ou encore les patins à roulettes. S’il ne faut pas les empêcher de jouer, il est indispensable de leur apprendre à mettre les protections nécessaires avant de commencer ! Les équipements varient en fonction du jeu, mais, dans tous les cas, le casque est indispensable.

L’enfant est amené, très régulièrement, à être en voiture avec ses parents ou ses proches. Dans ce type de situation, il est également utile de lui inculquer les bonnes habitudes, en lui expliquant l’importance d’un bon comportement à bord de l’automobile. L’enfant peut comprendre qu’il doit rester attaché sans trop bouger pour ne pas se mettre en danger, et, par ailleurs, avoir une attitude sage et calme afin de ne pas déranger le conducteur.

Sur la route, il paraît ardu de demander à un enfant de connaître la signification des panneaux de signalisation. En revanche, de manière ludique et sommaire, on peut lui apprendre certaines bases du Code de la route : le panneau du sens interdit, facile à identifier, par exemple. Par ailleurs, il est simple de faire comprendre à un enfant de maternelle les dessins les plus connus des panneaux : le cycliste, l’automobiliste et le piéton. Pour approfondir encore, on peut tenter d’associer les couleurs à leur sens de base (le rouge est signe de danger, le bleu traduit une obligation ou une information). Naturellement, lorsque l’on constate que l’enfant peine à tout comprendre, on peut se contenter d’une simple initiation aux panneaux, sans entrer dans les détails.

Quelques idées d’exercices

Montrer des photos prises dans la rue et demander aux enfants de nommer tout ce qu’ils voient est un premier exercice efficace pour entrer dans le vif du sujet. Au fur et à mesure de l’échange, amenez-les à se questionner sur les différents espaces et à délimiter le trottoir de la route, à identifier les marques au sol et à observer les différents panneaux.

Pour sensibiliser les enfants à toutes les précautions impératives avant de traverser la route, vous pouvez leur montrer une vidéo sous forme de dessin animé, à l’image de Robocar Poli : on traverse au passage piéton. D’autres films à projeter sont disponibles sur la toile et peuvent être adaptés à une initiation aux dangers de la route pour les maternelles. Toutefois, veillez à ne pas tomber dans le piège des vidéos trop longues : vous risqueriez de perdre l’attention des enfants – c’est la raison pour laquelle il est vivement conseillé de varier au maximum les supports !

Ainsi, après une vidéo qui a nécessité toute la concentration de vos élèves, vous pouvez leur proposer un moment de détente par l’intermédiaire d’un Mémo’Route. Il est simple et rapide de prendre le modèle suggéré ou d’en faire un à votre façon, en restant toujours dans le thème de la route. Si vous souhaitez réaliser votre propre Mémo, n’hésitez pas à recourir aux panneaux de signalisation simples à comprendre, à des images sur les différents usagers de la route (piétons, cyclistes, automobilistes) ou à des éléments comme le feu tricolore.

Un autre exercice intéressant se réalise individuellement ou en groupe. Il suffit de présenter une photo comportant un passage piéton et de demander aux enfants quel chemin prendre pour traverser la route. Si vous choisissez l’image que nous vous suggérons, pensez à signaler aux enfants, lorsqu’ils montrent le passage piéton, qu’il s’agit d’une route large où les voitures roulent vite : à ce titre, ils peuvent s’arrêter dans un espace prévu à cet effet, au milieu du passage piéton, afin de regarder à nouveau si la voie est libre. Ce moment d’apprentissage autour des passages piétons est idéal pour donner quelques conseils : on ne court jamais en traversant la route !

Si vous trouvez cet exercice peu concret, vous pouvez également utiliser Google Street View, puis réaliser des captures d’écran des routes du quartier de votre école. Ainsi, vous disposerez d’images parlantes pour les enfants : ce sera l’occasion de les mettre en garde sur les dangers particuliers à proximité de l’école.

Pour les moins de 6 ans, l’association de prévention routière prévoit des jeux afin d’apprendre à repérer les situations dangereuses, à identifier les erreurs d’une famille s’apprêtant à partir en voiture ou encore des coloriages divertissants pour les petits, après tant d’efforts !

Enfin, si vous sentez que vos élèves sont réceptifs à vos cours sur la sécurité routière et si vous les pensez capables de retenir et mieux comprendre les panneaux de signalisation, proposez-leur des coloriages comme on en trouve facilement sur Google Images. Dans le cas où il est difficile pour les enfants de saisir quelle couleur choisir, usez de gommettes et autres traits de crayons de couleur afin de les aider à colorier chaque zone de la bonne teinte.

Quel que soit son âge, entre 3 et 6 ans, l’enfant peut être alerté sur les risques de la route. Naturellement, l’apprentissage et la sensibilisation sont des exercices à réaliser en fonction des aptitudes de chaque classe : il faudra adapter, si nécessaire, aux capacités de chacun.