L'éco-conduite

L'éco conduite ou conduite éco-citoyenne est le fait d'adopter un comportement de conduite (grâce nottament à la mise en oeuvre de différentes techniques) permettant des économies de carburant et un impact moindre sur l'environnement. Il est possible également d'employer le terme de "conduite économique et écologique". L’attitude "ECO" englobe toutes les mesures pour appliquer les principes de l'éco-conduite, pour être un éco-conducteur et enfin pour être éco-mobile.

Car si vous appliquez les règles de base de l’éco-conduite, en conduisant une voiture polluante, l’impact ne sera pas le même que si vous embrassez totalement l’attitude ECO, en associant voiture, trajet et conduite adaptés.

Etre un éco-conducteur

Pour s’inscrire dans une démarche écologique valable, il s’agit de s’attacher à plusieurs détails au niveau de la voiture : le choix de la voiture, son entretien, son chargement, ainsi que l’utilisation de la climatisation.

Choisir un modèle adapté à ses besoins et à ses trajets

Depuis mai 2006, les professionnels doivent obligatoirement afficher une étiquette énergie sur chaque voiture particulière neuve.
Elle y indique :

Entretenir correctement sa voiture

Il faut savoir qu’un véhicule mal entretenu consomme plus de carburant (jusqu’à 25 % !) et, en conséquence, il pollue davantage. Il est important de vérifier :

Le chargement de la voiture doit être bien réparti

Facteur d’influence direct sur la consommation, le chargement doit impérativement être réparti dans le véhicule.

Si les galeries ou coffres de toit ne sont pas nécessaires, il faut les démonter. A noter que la seule présence des barres de toit augmente la consommation de 10 %.

La climatisation : A consommer avec modération

La climatisation est un luxe, qui offre aussi bien du confort que de la sécurité (lorsqu’il s’agit de désembuer les vitres) mais elle augmente la consommation de carburant de 10 %, sur la route et de 25 %, en ville. Sans parler des 15 % de CO2 rejetés sur 100 kilomètres. Aussi est-il recommandé de l’utiliser raisonnablement.

Dans le même esprit, il est préférable de fermer les vitres – en particulier à grande vitesse.

Etre éco-mobile

Aux directives d’éco-conducteur doivent s’ajouter celles relatives à l’éco-mobilité. Cette dernière consiste à privilégier le transport le moins polluant et le moins consommateur en énergie, pour réaliser son déplacement.

En privilégiant un mode de déplacement solidaire ou collectif, on agit :

Pour développer son éco-mobilité, il est nécessaire d’avoir conscience de certaines données :

En ville, le quart des trajets fait moins de 1 km et la moitié, moins de 3 kms. La plupart du temps, la marche à pied, le vélo ou les transports en commun, sont les choix les plus adaptés. Comme en témoigne ce petit tableau récapitulatif :

Aujourd’hui, au-delà de la marche à pied, du vélo ou des transports en commun, qui ne peuvent pas satisfaire tous les déplacements, il existe de nouveaux modes de déplacements :

Les principes de l'éco-conduite

Si l’écologie est au cœur de vos considérations, le comportement le plus adapté est de ne pas conduire sa voiture. A défaut, la conduire le moins possible (éco-mobilité). Et dans ces cas-là, il convient d’observer les règles de l’éco-conduite, destinées à réduire la consommation de carburant, la pollution, le bruit, le risque d’accident, tout en réalisant de petits économies.

Voici quelques chiffres éloquents :

Les 10 principes de l’éco-conduite - naviguant invariablement entre maîtrise du véhicule et maîtrise de la circulation :

Aujourd’hui, certaines options, présentes dans les voitures récentes, peuvent faciliter l’application de ces règles :

L'éco-conduite évaluée lors de l'examen du permis de conduire

Sous l’influence du Grenelle de l’environnement, la réforme du permis de conduire (2009) a intégré la dimension « Eco-conduite » dans l’évaluation de son examen pratique. Grâce à elle, vous pouvez désormais obtenir des points BONUS, à l’image de la courtoisie au volant, autre facteur de sécurité.

Liens utiles