Seniors, testez et réactualisez
vos connaissances sur le code de la route


Bien vieillir et bien conduire


Le code de la route évolue en permanence en tenant compte des modifications de la législation en vigueur. Datant du début du XXème siècle, le premier livre du code de la route ne comportait que quelques pages alors que celui actuel en comporte plus de 1000. Il est donc facilement compréhensible qu'il est difficile pour tout à chacun de respecter les dernières obligations en matière de conduite automobile. Ce constat est particulièrement vrai chez les seniors qui ont, pour la plupart, passés leur examen du code il y a maintenant de nombreuses années.

Difficile dans ces conditions de savoir, par exemple, quelle est la conduite à adopter à l'approche d'un carrefour à sens giratoire ou encore quelle est la bonne attitude à avoir sur les lieux d'un accident. Il est donc nécessaire d'adapter sa conduite à la législation en vigueur mais également d'être conscient de la réduction de certaines capacités (baisse de la vue et de l'audition, temps de réaction augmenté etc.) au fûr et à mesure que s'écoulent les années.

Codeclic propose donc aux seniors de faire le point sur leurs connaissances de la conduite automobile grâce à des fiches pratiques et à un questionnaire comportant 30 questions pour tester son niveau actuel !


Quelques chiffres


Une première constatation s'impose : les conducteurs seniors ne provoquent pas plus d’accidents que les conducteurs des autres tranches d'âge. Néanmoins, en cas d'accident corporel, les personnes âgées ont plus de risque d'être tué. C'est cette fragilité qui explique une mortalité élevée après 75 ans en cas d'accident de la route. En effet, les seniors (plus de 65 ans) représentent 21% des tués sur la route, la moitié étant des piétons.

Le fait de conduire pour un sénior implique certaines difficultés liées à l'âge. En effet, les performances motrices et sensorielles ont tendance naturellement à diminuer au fil des années. Concrètement, le temps de réaction va s'allonger, certaines douleurs rendront difficiles le contrôle des angles morts, la vue et l'ouïe vont diminuer et le fait de prendre certains médicaments (même ceux sans ordonnances) va avoir des répercussions sur la faculté de conduire en toute sécurité.


De plus en plus de nouvelles technologies dans nos voitures

Le GPS

Le Global Positioning System (plus communément appelé GPS) est un système de géolocalisation fonctionnant grâce à des signaux émis par des satellites. Utilisé dans de nombreux domaines comme la navigation, la randonnée ou encore la construction, le GPS est un outil désormais présent dans de très nombreux véhicules. Présenté sous la forme d'un petit boitier muni d'un écran, directement intégré dans la voiture ou dans un téléphone, le GPS permet de planifier et de suivre un trajet par le biais de satellites. Remplaçant les traditionnelles cartes sur papier, certains GPS vont même plus loin en permettant, grâce à une connexion à Internet, d'avoir des informations sur le trafic routier (accidents, pannes, bouchons etc.).

Le GPS, une aide précieuse pour les séniors
Les nouvelles aides à la conduite

L'ABS, l'AFU, l'ESP, le radar de recul

De nouveaux équipements ont fait leur apparition ces dernières années dans nos automobiles. Difficile pour un senior de s'y retrouver parmi tous ces nouveaux outils d'aide à la conduite. Pour commencer, l'ABS permet de mieux maîtriser la trajectoire de son véhicule en cas de freinage d'urgence (les roues ne se bloquent pas). l'AFU rend quant à lui le freinage plus efficace en appliquant automatiquement une pression maximale sur les freins dans certaines situations. En virage, l'ESP permet de diminuer les risques de dérapage. Enfin le radar de recul utilisé en marche arrière émet un signal sonore permettant de connaître approximativement la distance entre son véhicule et un obstacle. Ce radar ne dispense en aucun cas d'utiliser les rétroviseurs et de se retourner dans le cas d'une marche arrière.

Le téléphone portable

Le téléphone portable (et plus récemment le "smartphone") est de plus en plus prisé des seniors pour sa grande utilité dans le fait de pouvoir rester joignable par ses proches ou dans le fait, au contraire, de pouvoir joindre ses proches ou une assistance en cas de besoin (les pompiers d'accident, un dépanneur etc.). Très souvent doté d'un GPS intégré et adapté à un usage par les séniors (par exemple, une utilisation très simple et intuitive), le smartphone de dernière génération est donc un "compagnon" de plus en plus présent dans nos voitures. Attention néanmoins : l'usage d'un téléphone portable en conduisant est interdit par le code de la route. Vous risquez un retrait de 3 points sur votre permis de conduire ainsi qu'une amende forfaitaire de 135€. De plus, depuis juillet 2015 la sanction est la même en cas d'utilisation d'un kit mains-libres de type oreillette ou d'un casque pour écouter de la musique, par exemple. Cette interdiction ne s'applique pas à l'utilisation d'un appareil auditif ou d'un assistant d'écoute. Enfin, il est bien entendu strictement interdit de rédiger un SMS (ou "Texto") en conduisant.

Les smartphones chez les seniors

Savoir adapter sa conduite à ses capacités

La vue et la conduite chez les seniors

La vue

Avec l'âge, et de façon inéluctable, la vue à tendance à diminuer. Sachant que 90% des informations nécessaires à la conduite passent par celle-ci, il est nécessaire de veiller à avoir bonne vision. Bien que certaines pathologies telles que la myopie ou l’hypermétropie puissent se révéler à toutes les périodes de la vie, c'est surtout la presbytie qui va souvent être un facteur déterminant de la bonne vision chez les séniors. En effet, la presbytie est un trouble de la vision lié à un processus de vieillissement normal de l'oeil. Ce trouble rend la focalisation de la vision difficile, ce qui a pour conséquence principale une difficulté croissante avec l'âge pour lire des panneaux de signalisation, par exemple. Cette difficulté est encore plus marquée la nuit. A noter que le champ visuel d'une personne a également tendance à se réduire avec les années (il passe de 180° à environ 100°). Enfin, il faut savoir que l’acuité visuelle binoculaire doit être d'au moins de 5/10ème pour pouvoir conduire une voiture. Votre permis de conduire peut mentionner certaines obligations légales comme, par exemple, une conduite uniquement de jour ou avec l'obligation de porter des lunettes correctrices de la vision. En cas de défaut, vous risquez un retrait de 3 points et 135€ d'amende forfaitaire.

L'ouïe

Tout comme la vue, l'ouïe (c'est à dire la capacité de percevoir des sons) à tendance à naturellement diminuer avec l'âge. Il faut savoir que moins de 20% des personnes qui devraient porter une aide ou une assistance auditive en sont réellement équipées. Ce constat est particulièrement inquiétant quand on sait que l'ouïe joue un rôle important dans la conduite, par exemple pour entendre le bruit d'un klaxon, l'approche d'un véhicule d'urgence ou des bruits plus discrets comme l'oubli d'un clignotant. Il est donc recommandé aux seniors de faire contrôler régulièrement leur audition chez un spécialiste même s'il n'existe aucune réglementation à ce sujet dans le code de la route.

L'ouie et la conduite chez les seniors
Les médicaments et la conduite

A propos de la prise de médicaments

Avec l'âge, de nombreuses personnes doivent suivre un ou plusieurs traitements pour rester en bonne santé. Il faut savoir que ces médicaments ont une une incidence directe sur votre capacité à conduire en toute sécurité. En effet, de très nombreux médicaments peuvent avoir des répercussions sur la vigilance (risque de somnolence) mais également sur le temps de réaction ou encore sur la vision. Un pictogramme présent sur les boîtes de médicaments et décliné en 3 couleurs indique de façon rapide et claire l'impact des médicaments sur la capacité à conduire. Par exemple, un simple décontractant musculaire (du type Décontractyl), même vendu sans ordonnance, peut présenter une incompatibilité avec la conduite. De ce fait, il est conseillé de toujours demander l'avis de son pharmacien ou de son médecin avant de reprendre le volant.


Bien connaître les nouvelles règles du code de la route

Un carrefour à sens giratoire

Les carrefours à sens giratoires

Adopté en France à partir de 1984, il existe aujourd'hui sur le territoire environ 30 000 carrefours à sens giratoire (la France détenant le record mondial). De ce fait, de nombreux seniors n'ont jamais appris la réglementation à respecter à l'approche de ce type de carrefour. Un carrefour à sens giratoire se présente sous la forme d'un anneau (comportant une ou plusieurs voies de circulation) avec différentes entrées et sorties. À son approche, il est obligatoire de céder le passage aux véhicules qui circulent déjà dans l'anneau. Une fois inséré dans l'anneau, il est normalement obligatoire de circuler dans la voie la plus à droite. Néanmoins, et dans le cas où le carrefour dispose de plusieurs voies, je peux circuler sur la voie intérieure si je souhaite sortir à la gauche de mon axe d'entrée ou faire demi-tour. Ceci n'est pas une obligation et vous devez dans tous les cas céder le passage à droite quand vous changez de voie à l'intérieur de l'anneau.

Les nouveaux panneaux

De nouveaux panneaux de signalisation font régulièrement leur apparition dans le code de route. On peut citer, par exemple, la zone de rencontre (créée en 2008) qui, comme son nom l'indique, est une zone où la priorité est donnée aux piétons et avec une limitation de vitesse à l'intérieur de celle-ci de 20 km/h. Il existe également de nouveaux panneaux relatifs à l'entrée dans un tunnel, à une voie verte ou encore à la sécurité. Enfin, de plus en plus de panneau à messages variables (PMV) sont implantés sur les routes françaises. Ces panneaux peuvent afficher différents messages concernant le trafic routier (ralentissements, bouchons, accidents etc.) ou la météo (neige, nappes de brouillard etc.).

Une zone de rencontre