Stage de récupération de points

Stage de récupération de points : déroulement, accès et modalités

Un conducteur qui a perdu trop de points sur son permis de conduire peut accéder à un stage de récupération, afin d'augmenter son solde pour revenir à 12 — ou s'en rapprocher autant que possible. Sur deux journées, il est question de sensibiliser les automobilistes aux enjeux de la sécurité routière.

Il est possible de s'inscrire à des stages de récupération de points dans des centres de formation agréés. Dès lors que le conducteur est assidu et se présente à toutes les leçons étalées sur deux journées consécutives, il peut récupérer jusqu'à 4 points, dans la limite du solde initial de 12 points.

Pourquoi organiser des stages de récupération de points ?

L'objectif d'un stage de récupération de points, pour les organisateurs, est double. Dans un premier temps, il s'agit de permettre aux automobilistes ayant eu des comportements à risque de repartir de zéro, en leur rendant les points qui ont été retirés. En outre, il s'agit aussi de sensibiliser autant que possible chaque usager à la sécurité sur la route, aux conduites à éviter et aux risques encourus quand, par exemple, on dépasse légèrement la vitesse autorisée simplement pour être à l'heure à un rendez-vous. Au terme de ces deux journées, une prise de conscience est généralement observée, puisque l'on rappelle aux automobilistes que lorsqu'ils conduisent, ils ont leur vie — et celle des autres usagers — entre les mains !

Quand envisager de récupérer des points ?

Pour commencer, on notera que l'inscription au stage de récupération de points est à réaliser sur le site LegiPermis, afin de s'assurer de sélectionner un centre agréé. Il existe deux types de démarches différentes. Le stage volontaire, autorisé une fois par an au maximum, permet de récupérer des points dans l'optique d'éviter l'invalidation totale du permis. Pour s'engager dans une telle démarche, il faut avoir un permis valide et il ne faut pas avoir reçu la lettre 48SI (envoyée quand le solde de points atteint 0).

Le stage obligatoire, quant à lui, est exigible quand, en période de permis probatoire, on perd au moins 3 points et on reçoit la lettre 48N. En suivant ce stage, le jeune conducteur peut — lui aussi — récupérer jusqu'à 4 points (dans la limite du solde initial de son permis probatoire, variable selon la date d'obtention du permis et la formation suivie). En outre, le stage dans ces circonstances permet de se faire rembourser de l'amende liée à la contravention.

Dans certains cas plus particuliers, on peut également envisager un stage de sensibilisation à la sécurité routière : il s'agit parfois d'une solution remplaçant la poursuite judiciaire ou, dans les cas plus graves, d'une peine complémentaire. Dans ce cas, quand le stage est exigé par la justice française, aucune récupération de points n'est possible.

Le déroulement des deux journées de sensibilisation

Quel que soit le centre de formation choisi pour participer à un stage de récupération de points, les trois sujets abordés au cours des deux journées de sensibilisation sont les mêmes :

  • L'insécurité routière
  • La vitesse et la sécurité routière
  • L'alcool, l'alcoolisme et la conduite

L'animation est toujours assurée par deux interlocuteurs différents : un formateur spécialisé dans la sécurité routière, d'une part, et un psychologue, d'autre part. Ces professionnels ont obtenu un agrément délivré par le Ministère des Transports.

Le stage est étalé sur deux journées consécutives d'environ 7 heures. À chaque fois, le respect des horaires est obligatoire : l'assiduité est une règle à suivre impérativement pour espérer récupérer les points à l'issue de ces deux jours.

Selon les cas, le groupe formé par les différents participants au stage de sensibilisation est composé de 6 à 20 conducteurs. Leur participation active est requise tout au long des différentes leçons : on leur expose des situations de la vie courante et ils doivent réagir. Cette confrontation à des cas réalistes permet à chacun de remettre en question son propre comportement dans des cas bien précis.

Quelle est la cible ?

Quand une infraction entraîne le retrait d'un ou plusieurs point(s) du permis de conduire, il est tout à fait possible d'attendre qu'ils soient rendus à l'automobiliste. En effet, si sa conduite est exemplaire pendant une durée déterminée suite à l'infraction, le détenteur du permis de conduire récupère automatiquement les points ôtés. Toutefois, quand le solde total commence à baisser de façon trop inquiétante, il est vivement conseillé d'anticiper et d'éviter de ramener le solde à 0, ce qui engendrerait une perte totale du permis. Toutes les personnes souhaitant garder un solde de points suffisamment important sont visées par les stages de sensibilisation.

En parallèle, si un sujet encore en permis probatoire perd trois points ou plus, le stage devient tout simplement obligatoire. S'il n'est pas suivi par le jeune conducteur, le permis peut être suspendu.

Les démarches nécessaires pour récupérer ses points

Après avoir réalisé son inscription à un stage de récupération de points, le conducteur reçoit une convocation. Sur ce document, il dispose de toutes les informations utiles pour se rendre sur place : horaires et lieu du stage.

À l'issue des deux journées, on délivre au stagiaire une attestation de fin de stage. Pour l'obtenir, il n'est pas nécessaire de participer à un examen : l'assiduité sur les deux journées est suffisante afin de recevoir ce document. Dès le lendemain du stage, les points récupérés sont crédités sur le permis.

Le nombre de points restitué est déterminé par les animateurs du stage. Plus le conducteur a été actif et motivé, plus son nombre de points récupérés peut se rapprocher de 4. Généralement, à condition d'être bien assidu et actif, il est tout à fait possible de récupérer 4 points — ou de retrouver son solde initial de 12 points.

🔼 Stage de récupération de points 🔼

Ne risquez pas un échec !

Cliquez ici !