La privatisation de l’examen du permis de conduire

Route avec arc en ciel

Document essentiel pour trouver du travail, le permis de conduire est incontournable pour la majorité des citoyens en France. Vu le temps d’attente exagéré pour les examens et pour l’obtention du permis de conduire, vu les coûts significatifs engendrés par ces attentes longues, notamment pour les candidats, le projet de loi Macron prévoit certaines réformes pour le permis de conduire. Le point le plus marquant de ces réformes est l’implication du privé pour faire passer aux candidats les examens en vue de l’obtention de cette fiche rose. Détails.

 

Pour une réduction significative du temps d’attente

Lorsqu’il est question d’examens en vue de l’obtention du permis de conduire, la plupart des candidats se plaignent immédiatement pour les longues attentes. Le temps d’attente jugé normal est effectivement de 45 jours environ entre 2 examens pour l’obtention du permis B. Or, cette moyenne n’est plus respectée dans de nombreux régions et départements de la France. En Seine-Maritime par exemple, ce délai d’attente va jusqu’à 90 jours environ. C’est pire en Ile-de-France puisque le temps d’attente entre 2 examens pour le permis B peut aller jusqu’à 140 jours. La décision de confier à des établissements privés l’organisation de certains examens en vue de l’obtention du permis de conduire vise à réduire ces temps d’attente exagérés.

 

Pour la réduction des dépenses pour l’obtention du permis

Ces longs délais concernent notamment les candidats qui passent des examens du permis de conduire une second fois, une troisième fois ou plus. Il faut savoir que les heures supplémentaires pour les formations en vue du permis de conduire représentent des dépenses en plus pour les candidats. De plus, les candidats qui repassent les examens pratiques doivent encore suivre entre 5 à 10 heures de leçons de conduite supplémentaires. Après succès aux examens, les personnes doivent encore patienter plusieurs jours avant d’avoir à leur disposition leur permis de conduire. Les mesures prévues par le projet de loi Macron visent donc à assurer une réduction des dépenses des personnes qui passent le permis de conduire, soit une moyenne de 200 euros économisés pour chaque mois gagné.

 

Pour s’assurer de 170 000 places dégagés par an pour le permis B

La réforme prévue par le projet de loi Macron en vue de l’obtention du permis de conduire consiste à confier l’examen du code et les examens pratiques pour les poids lourds par des opérateurs privés agréés. Ces opérateurs seront ainsi à même de proposer aux candidats des examens permettant de connaître leurs compétences réelles dans la conduite de véhicules. Ils sont aussi destinés à proposer des tarifs avantageux pour les candidats au permis de conduire et également leur permettre l’obtention de cette fiche rose en des délais raisonnables.

 

Jeune femme avec un nouveau permis de conduire

 

Projet de création d’un nouveau permis probatoire

Le nouveau permis probatoire proposé dans le cadre du projet de loi Macron est destiné à être délivré par les opérateurs privés agréés. Il faut savoir que ce nouveau permis de conduire ne sera affecté d’aucun point pendant 2 ans. Toutefois, une personne titulaire d’un permis probatoire qui commet une infraction à même d’entraîner le retrait de points verra son permis de conduire retiré. Pour récupérer son permis de conduire probatoire, il convient de se soumettre à un examen de contrôle proposé par un inspecteur du permis de conduire et de la sécurité routière 2 mois maximum après le retrait du permis. Après 2 ans et aussi après l’atteinte d’une certaine distance parcourue définie par décret, le permis de conduire probatoire devient un permis de conduire standard.

La réforme du permis de conduire proposée dans le cadre du projet de loi Macron est source de mécontentement chez certains fonctionnaires de l’Etat. Affaire à suivre.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *